Quel type de voyageur êtes-vous? Celui qui prône la simplicité ou celui qui cherche un capital social? Une nouvelle étude révèle comment et pourquoi nous voyagerons en 2030.

À l’horizon 2030, plus de 1,8 milliard d’individus voyageront chaque année sur les lignes internationales. Nos motivations et nos comportements seront radicalement différents de ceux d’aujourd’hui.

A la fin de la prochaine décennie, certaines personnes achèteront et consommeront des expériences de voyage en se basant essentiellement sur leur partageabilité, c’est-à-dire sur le niveau de ‘capital’ qu’elles génèrent via les réseaux sociaux. D’ici à 2030, un autre groupe de voyageurs souhaitera des vacances clés en main, organisées de A à Z par des tiers, le plus possible à distance.  Parallèlement, on verra l’émergence d’un groupe désireux de vivre exclusivement des expériences hédonistes et orientées vers le bien-être; des expériences qu’il faut avoir vécues au moins une fois dans sa vie.

Ce ne sont là que quelques-unes des prévisions du rapport ‘Future Traveller Tribes 2030: understanding tomorrow’s traveller’, un nouveau document majeur qui identifie les différentes personnalités de voyageurs et les segments que le secteur peut s’attendre à voir émerger et prendre de l’ampleur dans les quinze prochaines années. 

Dans une approche plus psychographique que démographique, le processus de recherche s’est appuyé sur les prévisions des études de consommation exclusives de la Future Foundation pour identifier six personnalités distinctes de voyageurs :

Les chercheurs de capital social structureront leurs vacances quasi exclusivement en pensant à leur audience en ligne. A cet effet, ils se fieront massivement à l’avis des autres voyageurs et suivront les recommandations pour valider leurs décisions. Cela peut ouvrir la voie à un tout nouveau marché fondé sur les ‘vacances stimulant le score Klout’, riches en moments orientés consciemment vers les amis en ligne.

Les puristes de la culture considéreront les vacances comme une opportunité d’immersion dans une culture étrangère (même si cela doit être inconfortable). Le plaisir retiré de ces vacances dépendra de l’authenticité de l’expérience. 

Les voyageurs éthiques planifieront leurs voyages en fonction de considérations morales, par exemple en réduisant leur empreinte énergétique ou en améliorant la vie des autres. Ils laisseront souvent de la place à l’improvisation ou ajouteront certaines composantes de volontariat, de développement des communautés ou d’écodurabilité à leurs vacances.  

Les voyageurs privilégiant la simplicité privilégieront les offres groupées pour éviter de devoir gérer trop de détails par eux-mêmes. Pour cette tribu de voyageurs, les vacances représentent une parenthèse tellement rare qu’ils veulent se faire plaisir tout en ayant la certitude que tout se passera de façon sûre et agréable.

Les voyageurs par obligation seront motivés par un objectif de voyage spécifique, qu’il s’agisse d’un voyage d’affaires ou de tourisme, et auront donc des contraintes de temps et de budget.  Ceux-là rechercheront un algorithme intelligent basé sur la technologie pour éliminer les affres du voyage. 

Les chasseurs de récompense ne seront intéressés que par des voyages qui leur feront du bien. Nombreux sont ceux qui aspirent à quelque chose qui représente une extraordinaire récompense ou une expérience hors pair ‘qu’il faut avoir vécue’. Un retour sur leur investissement en temps et en énergie déployé dans leur vie professionnelle.

Julia Sattel, Senior Vice President Airline IT, Amadeus : « Si l’on revient 15 ans en arrière, il est difficile de sous-estimer le chemin parcouru par le secteur du voyage en termes d’innovation, de coût et de choix pour les voyageurs. Et aujourd’hui, si l’on se tourne vers les 15 prochaines années jusqu’en 2030, il est évident que ces changements ne vont que s’accélérer. Dans cette optique, la compréhension des nouvelles ‘tribus de voyageurs’ sera d’une importance capitale pour les fournisseurs, les acheteurs et les vendeurs de voyages dans les prochaines années. Cela permettra de prendre à coup sûr les bonnes décisions d’investissement dès aujourd’hui et de répondre à la tendance qui se dessine clairement et aux exigences du secteur, qui requiert plus de personnalisation que jamais tout au long de la chaîne. »

Nick Chiarelli, Director, Future Foundation : « Notre étude n’indique pas seulement que les voyageurs de 2030 exigeront un autre type d’expérience qu’en 2015, mais aussi que leur comportement d’achat et d’engagement vis-à-vis du secteur du voyage est également sur le point de changer. Au cours des 15 prochaines années, le désir de partager ses expériences de voyage sera vraiment intense. De même, l’impact exercé par le partage d’informations sur l’inspiration et les tendances d’achat ira croissant. A mesure que les consommateurs des marchés développés abordent une ère post-matérialiste, on s’attend à ce qu’ils mettent davantage l’accent sur l’expérience avant tout, puis sur l’éthique. Ces deux critères revêtant un caractère environnemental et social qui influencera considérablement les choix et les comportements des voyageurs. » 

Pour télécharger ce rapport et voir à quelle tribu vous appartenez, rendez-vous sur www.amadeus.com/tribes2030. Plus tard cet été, vous pourrez également télécharger un deuxième rapport complémentaire rédigé par Frost & Sullivan pour examiner comment le secteur du voyage peut répondre spécifiquement aux besoins et aux habitudes d’achat individuelles des six tribus identifiées dans le rapport ‘ Future Traveller Tribes 2030: understanding tomorrow’s traveller.’
 

06-05-15 - par Amadeus Benelux