Deux nouveaux sites

tchèques à l’UNESCO

Deux nouveaux sites

La République tchèque compte désormais 14 sites figurant sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Réuni à Bakou le 6 juillet, le Comité du patrimoine mondial a élargi de sept la liste des monuments présentant un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité, dont deux en Bohême.

Sept nouveaux sites se voient gratifiés du statut de patrimoine mondial de l’UNESCO cette année et la Tchéquie tire son épingle du jeu avec deux nouvelles inscriptions. La région minière de Erzgebirge/Krušnohoří, qui s’étend entre la Bohême du nord et la Saxe allemande, et le paysage d’élevage et de dressage des chevaux d’attelage cérémoniels à Kladruby nad Labem en Bohême orientale viennent se joindre à la douzaine des monuments tchèques déjà inscrits sur la prestigieuse liste de protection.

La région minière Erzgebirge/Krušnohoří
Située sur la frontière tchéco-allemande, entre le parc national de la Suisse tchèque et le triangle des villes thermales, la région de Erzgebirge/Krušnohoří, appelée aussi les Monts Métallifères, est réputée pour la richesse de ses mines dès le 12ème siècle qui sont devenus la plus importante source de minerai d’argent en Europe durant la Renaissance. L’histoire du thaler de Jáchymov, cette pièce de monnaie en argent frappée en Bohême, qui a circulé en Europe pendant plus de 300 ans et qui a donné son nom au dollar américain, en est la preuve.

Si l’argent a fait la réputation de la région dès le Moyen-Âge, l’extraction de l’uranium, lui, a joué un rôle primordial dès la moitié du 19ème siècle. Après que Pierre et Marie Curie eurent isolé le polonium et le radium issus de la matière première de Jáchymov en 1898, les mines de Krušnohoří ont eu le monopole mondial de la production de radium jusqu'à la Première Guerre mondiale. En 1906, les premières cures thermales aux bains de radon au monde ont été établies ici, utilisant de l'eau radioactive des mines pour traiter les troubles de l’appareil locomoteur. Les mines de Jáchymov ont ensuite connu un essor majeur lors de la course à l’armement. L'uranium local, principalement exporté vers l’URSS, a servi pour la fabrication de la première bombe atomique soviétique testée en 1949. Le lieu est ensuite tristement lié à l’établissement des camps de travaux forcés qui ont accueilli surtout les prisonniers politiques.

Grâce à l’élaboration au fil des siècles des techniques de traitements de minerais et de l’exploitation des ressources naturelles, le site a pu rester en activité durant près de 800 ans et a apporté de nombreuses inventions et innovations en matière de technologie minière et métallurgique, de législation minière et de l’enseignement qui se sont étendus dans toute l'Europe et le reste du monde.

Les différents sites et mines sont aujourd’hui ouverts au public et les thermes de radon sont toujours en activité.

© http://montanregion.cz/cs/

Haras de Kladruby nad Labem
En Bohême orientale, à une centaine de kilomètres Prague, le haras impérial établi en 1579 par les Habsbourg à Kladruby nad Labem est devenu le point de repère de dressage des chevaux de cérémonie et d’attelage. Posé dans les plaines de l’Elbe, le complex est composé de terrains plats sablonneux et comprend des champs, des pâtures clôturées et une zone forestière. Les kladrubers, élevés ici depuis plus de 400 ans, sont la plus ancienne race de chevaux d'origine tchèque, qui est la seule au monde élevée spécifiquement pour l'attelage des calèches impériales et royales. Les chevaux blancs était dressés pour participer aux cérémonies de la cour impériale et les chevaux moreaux, eux, servaient aux dignitaires de l'Église. Toujours en activité, le haras est ouvert au public et organise un grand nombre de courses, concours, expositions, cérémonies et parades et les chevaux de Kladruby accompagnent traditionnelement la plus grande course équestre tchèque, le Grand steeple chase de Pardubice.

La République tchèque dispose d’un dense réseau de patrimoine UNESCO, puisqu’elle possèdait déjà douze sites classés, ce qui équivaut au double de la moyenne mondiale. Ajoutons à cela le patrimoine cuturel immateriel, qui s’élève au nombre de six (les défilés des Jours gras de Hlinecko, l’artisanat de marionnettes, la fauconnerie, la Chevauchée des rois, la technique d’impression Le Blaudruck et la danse Verbuňk de Slovácko).

www.nhkladruby.cz/en
http://montanregion.cz/cs/

© Národní Hřebčín Kladruby

11-07-19 - par CzechTourism Benelux