Interview de Petra Hedorfer

CEO de l'ONAT

Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, l'industrie du voyage est au plus bas. En tant qu'experte du tourisme réceptif en Allemagne, comment voyez-vous l'avenir ?

Les estimations concernant le tourisme mondial sont en effet catastrophiques. L'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) prévoit une baisse des arrivées internationales de 60 à 80 pour cent cette année.

Par rapport à de nombreux pays, l'Allemagne a relativement bien géré la crise. Mais le tourisme entrant ne dépend pas seulement de la situation sanitaire du pays, mais aussi de la situation sanitaire des marchés d'origine.

Même si le lancement des vaccins sur le marché est réussi, les flux de voyageurs ne pourront revenir à la normale que lentement. Les capacités des compagnies aériennes et des hôtels reprendront progressivement.

La reprise du tourisme ne se fera pas de manière immédiate. Nous avons constaté une baisse significative du nombre d'infections au cours de l'été 2020, puis une reprise de l’épidémie tout aussi importante à l'automne et qui touche désormais de nombreux pays d'Europe. Nous devons nous préparer à une reprise très longue.

Concrètement, selon les dernières analyses des experts de l'économie du tourisme, la phase de reprise durera au moins jusqu'à la fin de l’année 2023. Les voyages de l'Europe vers l'Allemagne reprendront plus rapidement que ceux de nos marchés hors Europe et les voyages de loisirs reprendront plus vite que les voyages d'affaires.

 

Où puisez-vous votre optimisme dans cette situation difficile ?

Des millions de personnes attendent de pouvoir à nouveau voyager dans les meilleures conditions, de découvrir d'autres pays, d’autres cultures, de repartir pour des voyages d'affaires réussis et d’échanger avec d’autres personnes.  

Les études de l'institut d'études de marché IPK International montrent également qu’en 2020, la volonté de voyager à nouveau à l'étranger a augmenté de manière significative dans de nombreux pays.

L’Allemagne est bien positionnée comme destination voyage dans ce contexte. L'excellente image de l'Allemagne a été confirmée par le Anholt Ipsos Nation Brands Index (NBI) 2020, qui a classé l’Allemagne en première position. Cette enquête a été menée dans 20 pays du 7 juillet au 31 août 2020 - soit en pleine pandémie.

La sécurité joue également un rôle très important dans le choix d'une destination de voyage. Des enquêtes internationales ont souligné que l'Allemagne est considérée comme la destination de voyage la plus sûre au monde en termes de risque d'infection à la COVID-19. Cette tendance a même été confirmée dans des études sur le terrain entre juin et septembre.

 

Que pouvez-vous faire à votre niveau, en tant que CEO de l’Office National Allemand du Tourisme, pour relancer le tourisme en période de crise sanitaire ?

Nous avons défini différents objectifs sur lesquels nous nous concentrons.

Tout d'abord, nous analysons très précisément les marchés et les possibilités de reprise qui y existent. C'est là que nous concentrons nos activités de marketing.

Notre deuxième objectif est l’importance de nos clients, en ne perdant pas de vue les clients de demain. Nous constatons non seulement un besoin accru de sécurité chez les voyageurs, mais aussi un intérêt accru pour le tourisme durable. Nous prenons en compte ces besoins et affinons en ce sens le profil de notre marque.

Notre troisième objectif est la stratégie de marketing digital afin de rester concurrentiel : la digitalisation est en effet un élément clé dans la concurrence entre les destinations. Avec nos partenaires, nous nous concentrons sur des formats digitaux : des chatbots qui répondent aux questions des utilisateurs grâce à l'intelligence artificielle et à l'utilisation d'assistants vocaux.

 

Avez-vous pu observer de nouveaux comportements chez les voyageurs à la suite de la pandémie de la COVID-19 ayant un impact sur l'Allemagne en tant que destination de voyage ?

Le comportement des clients évolue en permanence, indépendamment de la COVID-19. Cependant, il est vrai que la pandémie accélère de nombreux changements. 

Par exemple, l'intérêt pour le tourisme durable connait une nouvelle dynamique avec la COVID-19. Près de 80 pour cent des voyageurs internationaux en provenance de nos principaux marchés d'origine souhaitent que la pandémie de la COVID-19 apporte une plus grande durabilité du tourisme. Dans la dernière étude sur la COVID-19 réalisée par IPK International, 55 pour cent des personnes interrogées ont déclaré être attirées par des vacances nature. Sur ce panel, 21 pour cent ont explicitement exprimé que cette envie était liée à la crise sanitaire actuelle.

 

L'Allemagne est-elle prête à faire face à ce changement de la demande ?

Absolument. La durabilité est une question essentielle pour nous. Dans l’étude SDG qui vient d'être publiée et qui documente les progrès des différents pays en termes de développement durable des Nations Unies (SDG), l'Allemagne se classe 5ème sur 166 pays. Parmi les personnes interrogées dans l'enquête NBI, l’Allemagne revient le plus souvent comme le pays le mieux préparé face au changement climatique dans les cinq prochaines années.

Notre environnement est resté intact, beaucoup d’initiatives sont mises en place en Allemagne pour protéger l’environnement. L’Allemagne c’est 16 parcs nationaux, 16 réserves de biosphère de l'UNESCO et 104 parcs naturels. Un tiers de l'Allemagne est donc réserve naturelle.

 

Cela se reflète-t-il également dans l'offre touristique ? Quelles formes de vacances durables en Allemagne pouvez-vous recommander spécifiquement ?

Les sites du patrimoine mondial de l'UNESCO valent le détour : la vallée du Haut-Rhin moyen avec la Lorelei, les forêts de hêtres ou encore la mer des Wadden sur la côte allemande de la mer du Nord.

Familles avec enfants, amateurs de culture à la découverte de sites historiques ou alpinistes ambitieux, tous ces randonneurs parcourent les quelque 200 000 kilomètres de sentiers balisés dans les régions allemandes.  Les parcours de santé, les circuits gastronomiques ou les attractions touristiques comme le sentier de la cime des arbres sont autant de possibilités pour les voyageurs souhaitant randonner en Allemagne.

Les cyclistes amateurs, les cyclistes de course et les vététistes peuvent également découvrir l'Allemagne sur plus de 70 000 kilomètres de pistes cyclables de longue distance. Qu'ils voyagent seuls, avec des amis sportifs, en famille ou en club, les infrastructures et les offres de services sont à leur disposition.

Plus de 1 000 hébergements certifiés comme l'écocamping, du camping écologique aux hôtels étoilés sont répertoriés sur le site www.germany.travel/feelgood.

 

Si la demande des voyages nature est en hausse y a-t-il d’autres types de voyages affaiblis par la crise sanitaire ?

Les voyages pour lesquels l’Allemagne est réputée sont ceux le plus durement touchés par cette crise.

L'Allemagne est la première destination européenne pour les séjours culturels et urbains. De nombreux événements culturels majeurs n’ont pas pu avoir lieu en 2020. Nous espérons que des événements comme l'Oktoberfest ou les marchés de Noël pourront se dérouler normalement en 2021. Les villes et les institutions culturelles ont mis beaucoup de réglementations en place afin de garantir aux voyageurs des vacances sereines malgré la pandémie.

 

Comment s’organisent les villes pour accueillir les touristes en pleine pandémie ?

Les villes restent tout autant attrayantes par exemple Berlin avec les forêts Spreewald et du Brandenbourg, Francfort avec le Taunus et le Rheingau ou Hambourg et Brême avec la côte de la mer du Nord toute proche. Depuis ces régions il est possible de faire des excursions en ville pour une journée avec des options de transport respectueuses de l’environnement afin de visiter ou pour une escapade shopping. Les villes elles-mêmes offrent de nombreuses autres possibilités avec les parcs, les espaces verts, les points d’eau ou encore les brasseries en plein air.

Une récente étude de la Commission européenne des voyages a montré que les City Life Enthusiasts sont les premiers à vouloir voyager à nouveau. La vie urbaine en Allemagne ne se limite pas à visiter les bâtiments historiques et musées, c’est un véritable mode de vie.

 

L'Allemagne est réputée pour ses foires et salons, qu’en est-il du tourisme d’affaires ?

Le tourisme d’affaires sera un défi majeur dans la reprise. Avec 23 pour cent, la part des voyages d'affaires de l'Allemagne en 2019 était supérieure aux autres destinations. L’Allemagne reste le premier pays pour les foires commerciales au monde et est réputée pour son accueil.

Nous nous attendons à de nombreux changements dans le tourisme d’affaires. Les événements virtuels et hybrides seront également centraux dans l’avenir du tourisme d’affaires.

 

Quels vont être les marchés précurseurs de la reprise ?

Je ne pense pas que tout redeviendra comme avant : même si nous pourrons à nouveau voyager sans restrictions, la prudence sera centrale dans notre expérience du voyage.

En général, les marchés proches se rétablissent plus rapidement que les marchés hors Europe. Dans le cas des marchés hors Europe, la situation est aggravée par le fait que les compagnies aériennes n'augmenteront à nouveau leur capacité que si la demande est là. Pour des raisons tant économiques qu'écologiques, cette notion de capacité jouera un rôle encore plus important à l'avenir.

Nous constatons également que de nombreux voyageurs définissent très précisément les conditions dans lesquelles ils recommenceront à voyager. Parmi les points les plus importants, la diminution significative du nombre d'infections du pays de destination, la disponibilité des vaccins et l’absence de quarantaine.

Le vaccin et la baisse des infections nous fait espérer une reprise significative de la demande internationale dès 2021. L’Office National Allemand du Tourisme prendra part à cette reprise.

19-01-21 - par Office National Allemand du Tourisme