Le coronavirus freine le tourisme entrant

Phase de reprise pas avant 2024

Les effets de la pandémie de coronavirus se feront ressentir plus longtemps que prévu sur le tourisme entrant en Allemagne. C’est ce qu’a révélé la mise à jour de l’étude de Tourism Economics, menée pour le compte de l’Office national allemand du tourisme (DZT).

Selon les prévisions actuelles, une reprise à hauteur de seulement 86,4 % du niveau d’avant la crise serait attendue d’ici fin 2023. Les prévisions du mois de juin prévoyaient pour leur part une reprise complète au cours des quatre prochaines années. À ce moment-là, la Belgique, avec 58,6 % des nuitées, occupait encore la deuxième place du tourisme entrant en Allemagne.

« La situation actuelle sur plusieurs marchés émetteurs essentiels pour le tourisme entrant en Allemagne ainsi que pour le développement des villes allemandes montre très clairement que la phase de reprise durera probablement plusieurs années », explique Petra Hedorfer, Présidente du Conseil d’administration de l’Office national allemand du tourisme. « Il est donc d'autant plus important aujourd'hui de recourir à un marketing anticyclique visant à conserver les consommateurs sur le long terme et de continuer à mettre en avant les points forts de l’Allemagne en tant que destination touristique. »

Une reprise plus rapide pour les marchés émetteurs européens

Les prévisions détaillées des régions d’origine des potentiels voyageurs en Allemagne renforcent ce que le mois de juin avait annoncé, à savoir que la reprise sera plus rapide sur les marchés émetteurs européens que sur ceux d’outre-mer. En été, la Belgique a non seulement enregistré un nombre élevé de nuitées en Allemagne, mais le nombre de vols était également impressionnant : À la mi-juillet, la Belgique occupait la troisième place des pays, d’où partaient principalement les vols à destination de l'Allemagne. L’ordre d’importance des principaux marchés émetteurs pour le tourisme entrant en Allemagne n’a pas changé malgré la crise liée au coronavirus : en 2020, le principal marché émetteur pour le tourisme entrant reste les Pays-Bas, suivi par la Suisse, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Autriche.

Cependant, les prévisions à long terme concernant la demande venant de l'étranger sont considérablement moins enthousiastes qu’en juin dernier. Les dernières analyses montrent que l’Europe restera en-dessous des attentes d’ici 2023 avec une baisse de 9,4 % du nombre de nuitées internationales. Le niveau d’avant la crise ne sera probablement pas atteint avant 2024.

Le marché des voyages d'affaires sous pression

Les analyses actualisées de Tourism Economics confirment l’hypothèse selon laquelle la reprise sur le marché des voyages d’affaires sera plus longue que pour celui des voyages de loisirs. Les prévisions pour 2023 dans le segment des voyages d’affaires annoncent une baisse de 26 % au niveau des arrivées, ce qui est largement moins réjouissant que la hausse de 5 % attendue dans le segment des voyages de loisirs.

L’Allemagne reste dans la compétition

Selon les dernières analyses, l’Allemagne devrait bien se placer dans la compétition des destinations européennes durant les années de crise. D’ici 2023, Tourism Economics prévoit que l’Allemagne se place en deuxième position, juste derrière l’Espagne et devant l’Italie, la France et la Grande-Bretagne.

22-10-20 - par Office National Allemand du Tourisme