Belgique : Tache blanche

Thomas Cook Come Back?

Le relancement arrive. Plusieurs grands partis ont lancé leurs premières salves de communication, et les résultats ne sont peut-être pas ceux que l'on espérait il y a quelques mois, mais le fait est là : les réservations sont faites. Online et offline. Pendant ce temps, dans de nombreux sièges de grands et moyens acteurs du secteur mondial du voyage, des plans stratégiques sont élaborés pour l'ère post-Covid-19. Fait marquant : la Belgique est présente dans un grand nombre de ces plans. Et ça, c'est nouveau.

De nombreux grands acteurs, principalement en ligne, ont examiné le marché européen au cours des dernières décennies et ont décidé que la Belgique n'était pas exactement au premier rang en termes de présence sur le marché. Trop petite, avec deux/ trois langues nationales, trop complexe, et surtout : trop inconnue. La Belgique est le pays autour de Bruxelles.

Il semble que cette vision soit en train de changer. Après tout, l'accent est mis sur les opportunités post-Covid19. Et il y a pas mal d'opportunités sur le marché belge, pensent plusieurs acteurs.

En général, la "nouvelle vision" de la Belgique commence par la disparition de Thomas Cook. Il est à noter que cet acteur, en partie à cause de la crise du Covid-19, n'a pas encore été réellement remplacé par un autre, et que le volume de marché que représentait Thomas Cook n'a pas non plus été absorbé par un acteur existant. La raison en est aussi simple que compréhensible : il n'y a pas eu de volume de marché au cours des 22 derniers mois.

Croyez-moi, TUI se préparait pour la saison d'été à la fin de 2019 et au tout début de 2020. Les hôtels avaient été réservés, les vols planifiés, la saison était censée être époustouflante. Thomas Cook a été gonflé par lui-même et par les banques, et le volume du marché était à prendre. Bref, vous savez ce qui s'est passé entre les deux.

Aujourd'hui, le volume du marché belge est convoité par différents prestataires en ligne tels que booking.com, mais aussi ... par Thomas Cook. La marque a été rachetée pour la somme astronomique de 12 millions d'euros en septembre 2020 par le groupe chinois Fosun. Ils s'apprêtent à réintroduire la marque légendaire en tant que fournisseur de voyages en ligne sur de nombreux marchés européens. Au Royaume-Uni, Thomas Cook est actif depuis un certain temps et propose des vols au départ d'aéroports nationaux et régionaux.

Dans les plans de déploiement de Thomas Cook, le marché belge est également une priorité. L'impact de la faillite sur le statut de la marque devrait avoir été largement effacé à ce jour, en partie grâce aux problèmes de la Covid-19. L'offre d'hébergement est un peu limitée pour l'instant, mais on dit que des travaux sont en cours en coulisses.

Certes, certains ont pu trouver un goût un peu amer que, d'une part, l'impact de la faillite de TC ait été minimisé par l'intervention du Fonds de garantie belge et que, d'autre part, la même marque se présente à nouveau comme un concurrent. Mais c'est la vie, et les investisseurs derrière Thomas Cook ne s'en inquiètent pas une minute.

Bref, la Belgique est sur la carte. Et pas seulement pour Thomas Cook. Notre conseil : gardez un œil attentif sur le paysage du marché en ligne dans les mois à venir. Ou lisez attentivement ces colonnes. Alors vous serez sûr.

18-01-22 - par Jan Peeters