L'été 2020

Fleuve Tranquille

Cette semaine commence les vacances d'été. L'approche est encore chaotique. Un nombre limité de destinations sont "ouvertes aux entreprises" et il semble que rien n'ait été laissé au hasard sur place. On attend toujours la destination méga-touristique Turquie. Il se passe quelque chose d'étrange : les hôteliers attendent avec impatience l'arrivée des touristes européens, le gouvernement turc souligne que les stations balnéaires et les resorts ont un faible risque de contamination, et le secteur européen du voyage voudrait lancer une chaîne demain. Certains ont même l'intention d'ignorer tout simplement les conseils de voyage. Mais en théorie, il existe toujours un risque de quarantaine en cas de retour en Belgique ou aux Pays-Bas.

C'est la politique, ma chère.

Nous craignons que l'"interdiction des voyages non essentiels" en Turquie, qui est actuellement en vigueur dans presque toute l'Europe, n'ait reçu que très peu d'attention au niveau politique. Peut-être cela sera-t-il ajusté - peut-être même aujourd'hui - afin qu'un "lancement de la Turquie" soit encore possible le 1er juillet - avec tous les maux de tête opérationnels et de planification liés à un démarrage aussi rapide. Quoi qu'il en soit, il est plus que probable qu'aucun pays ne fera preuve d'intelligence en solo lors d'une éventuelle réouverture de la Turquie. Cela signifie : une consultation sans fin ...

Pas pour les cardiaques

En bref : nous avons commencé l'été le plus étrange depuis le début du tourisme organisé. Les joueurs lancent des itinéraires d'avion et attendent avec impatience. Le fait de devoir interrompre puis relancer une telle chaîne serait un désastre.

Une rivière qui serpente

C'est pourquoi j'espère que cet été sera comme le départ d'une rivière au débit doux : l'eau descend la rivière sans rapides sauvages, calmement entre les quelques rochers et étranglements. Il n'y aura pas trop d'eau - car cela augmente les risques de se retourner, de se heurter à des rochers ou de voir quelques passagers tomber du bateau.

L'été 2020 comme base pour ... Tout.

Pourquoi cette équation ? Parce que nous aimons penser à l'avenir. Si cette période estivale peut se poursuivre sans calamités corona, avec environ 30 à 50 % de la capacité normale, avec des mesures clairement visibles et efficaces dans les destinations et les hébergements et un service impeccable , alors nous sommes déjà bien loin.

Lorsque les premiers vacanciers rentreront chez eux, sans problèmes mais pleins d'éloges pour les mesures prises et la protection, ce sera le meilleur investissement pour l'avenir.

Nous devrions tous essayer de gagner un peu d'argent cet été, mais surtout nous devrions tous cet été jeter les bases du nouvel avenir du tourisme. Si nous pouvons passer les trois prochains mois sans problèmes de corona - tant dans les pays d'origine que dans les pays de destination - alors cette fondation est là.

Les nouvelles valeurs

Nous pourrons alors passer à autre chose, avec un morceau de confiance du consommateur dans nos poches. Et nous pourrons alors nous préparer à de nouvelles saisons, en mettant l'accent sur la durabilité et les nouvelles valeurs - quelles qu'elles soient" que le consommateur embrasse pot Corona.

 

 

Un voyage tranquille, cet été, sans trop de problèmes - mais de préférence aussi sans trop de pirouettes du côté des prestataires. Je suis aux Pays-Bas depuis quelques jours maintenant et je vois avec anxiété comment l'un des plus grands acteurs fait chaque jour la promotion de "prix de haute saison fous", avec 200 € de réduction sur tous les vols en juillet et août. Prix -réellement vu- à partir de € 199. Si cela donne le ton pour cette saison, nou sommes bien partis...

26-06-20 - par Jan Peeters