ABTO: une mauvaise et une bonne nouvelle

Horizon 2017…

L’ABTO – Association of Belgian Tour Operators- a reporté l’élection de son président à 2017 et va revoir sa stratégie. Eh oui, que faites-vous quand vous vous retrouvez dans une situation qui ne vous donne plus de liberté de mouvement en tant qu’association professionnelle ? Vous gagnez du temps et vous emballez le tout dans une formule qui vise à ‘‘dessiner les lignes de force pour un plan stratégique d’avenir’’. Mais en cette période de turbulences, le temps est une denrée rare. Et tout ce qui est rare est cher.

L’ABTO s’est cherché un nouveau président après le décès de Claude Pérignon. Geert Raes (Wings ’n Wheels) en Luc Coussement (TUI) se sont présentés comme candidats. Lors du premier vote du 27 avril dernier, aucun des deux n’a atteint la majorité des deux tiers requise. Un nouveau tour avait été annoncé pour la mi-mai. Cependant, on en était arrivé entretemps dans une impasse totale. Le club de l’ABTO semble avoir conservé ses vieux réflexes du siècle dernier : les deux grands tour-opérateurs ne peuvent pas se supporter et les plus petits acteurs craignent justement cette domination des ‘big two’. Une recette pour un blocage qui peut durer.

Les deux candidats à la présidence se sont retirés, les élections ont été postposées jusqu’en mars 2017 et un groupe de travail va élaborer un nouveau business plan et une nouvelle structure organisationnelle. Bonne idée, très mauvais timing : dans un marché où tout évolue très vite, une période de gestation de neuf mois est particulièrement longue.

Dans le communiqué de presse, Geert et Luc ont juré de collaborer loyalement à ce processus de renouveau. Tous deux ont cependant utilisé des termes distincts. Geert Raes a déclaré qu’il allait ‘’travailler à trouver cette solution en me basant sur ma fonction actuelle de vice-président.’’ Luc Coussement a parlé d’un ‘’exercice de réflexion qui formerait la base sur laquelle l’ABTO allait redémarrer en regardant vers l’avenir.’’ Pour que tout soit clair : si l’on choisit de trouver une solution, c’est qu’il y a un problème. Si une entreprise ou une association doit redémarrer, ce que le moteur présente au moins quelques défaillances…

Mais il y a aussi une bonne nouvelle : Ilse Meyers va pouvoir ranger son titre poussiéreux de ‘Legal Advisor’ et faire imprimer de nouvelles cartes de visite avec la fonction de ‘‘Secrétaire Générale’’. Puis-je donner un conseil en tant que ‘’vieux’’ membre de l’ABTO aux membres et au Comité de Direction ? Accordez à Ilse toutes les compétences, donnez-lui un mandat clair et la possibilité de trancher dans le vif quand cela s’avère nécessaire. Et qui sait, vous arriverez alors dans les mois qui viennent à la conclusion que le président de l’ABTO ne doit pas nécessairement être choisi parmi les représentants des membres. Et en plus, c’est une femme ! ça, c’est une excellente nouvelle.

29-06-16 - par Jan Peeters