Co-CEO de TUI Peter Long: “la concurrence ne vient pas de l’industrie du tourisme”.

Cela fait déjà longtemps qu’il se fait des soucis, le grand patron de TUI. Il y a quinze ans, lorsque Peter Long était encore le CEO de First Choice - un concurrent de TUI plus petit, mais vicieux – il confrontait déjà, lors des meetings en interne, ses supérieurs avec de la réelle concurrence. Long disait déjà à l’époque: " les concurrents directs ne m’empêchent pas de dormir. Ceux qui m’empêchent de dormir, ce sont des géants en ligne et un peu les acteurs comme Google et Amazon." Cette semaine, il semblerait que le bon vieux Peter dort encore mal. Même en tant que joint Chief Executive de "la société touristique ayant la plus grande intégration verticale au monde."

Peter Long a parlé lors de la conférence Phocuswright Europe qui a eu lieu à Dublin cette semaine. Face à la violence entre l’online et le start up, il se sent parfois comme “un vieux grincheux qui ne comprend pas très bien ce que ses petits-enfants et leurs amis sont en train de faire", c’est ce qu’il m’a chuchoté à l’oreille dans les couloirs. Mais il a ajouté: "En même temps, je sais que certains d'entre eux vont changer le monde avec leurs, soi-disant, " jeux ". C’est inévitable. La grande question lors d'un congrès comme celui-ci est encore et toujours: où se termine la mode et où commence le bon modèle d’entreprise? "Peter disait en souriant: "Pour l'instant, je sais que nous avons un modèle d'entreprise solide, sain et rentable. Nous gagnons de l'argent, les autres doivent encore apprendre cette partie du métier. Mais nous devons être vigilants".

Sur le podium, le joint CEO de TUI a répété, en grandes lignes, le message suivant. "Les vraies organisations touristique ne m’empêchent pas de dormir. Ce ne sont pas nos véritables concurrents. Les sociétés comme Facebook, Google et Amazon - sont ceux qui pourraient changer l'industrie du tourisme à jamais, faire trembler tout le monde et en une fois, écraser les concurrents. Ils sont énormes, ils sont puissants et ils ont les ressources et le savoir- faire pour frapper rapidement. "
En ce qui concerne TUI, Long a réaffirmé que la création de TUI Group est un coup très grand et puissant, car de cette manière la société se retrouve avec beaucoup de produits en sa possession. Comme une enseigne à la tête de ces produits exclusifs, c’est ainsi que la marque TUI se développe dans le monde entier. Peter Long : "Nous avons commencé avec la création de la marque TUI à l'échelle mondiale. Nous continuons à croire que, dans les dix prochaines années, les gagnants seront les puissantes " power brands ", reconnaissables à l'échelle mondiale.

Conclusion: TUI est entré dans une course, pour jalonner le plus rapidement possible une importante part du marché des vacances au niveau mondial. Plus de produits propres et uniques, plus d’exclusivités, plus d'investissements dans les hôtels et les navires de croisière: le balancier au sein de TUI va inévitablement encore une fois dans la direction d'une société " asset heavy ", une entreprise avec beaucoup de produits en sa possession ou en lease à long terme. Parallèlement à celui-ci, il y a un second défi tout aussi important: recueillir, interpréter et comprendre un maximum d’information sur le client, de sorte qu’on puisse s’adresser à chaque client au bon moment avec la bonne proposition.

Les deux défis vont de pair. Le premier défi - le produit- est un terrain connu, également pour les tour-opérateurs "old school". Le deuxième défi est nouveau, une école permanente où, au fur et à mesure que le temps passe, il y a de moins en moins de marge pour l’erreur.
Des hommes comme Peter Long doivent encore guider le navire vers la bonne direction. Ensuite, ils devront céder le gouvernail à un nouvel équipage. Cet équipage est maintenant formé: les Belges en font partie.

D’ailleurs, à la fin de cet article, voici une petite réflexion personnelle. Depuis un an, Peter Long partage le poste de CEO avec Fritz Joussen. Peter et Fritz sont tous les deux des " Joint CEO." Eh bien, il est temps de mettre un terme à cette situation. Les deux hommes se comportent de manière exemplaire, mais ce sont tous deux des monarques nés. Ce sont des hommes qui aiment être sous les projecteurs, ils détestent l'ombre. Ils ont tous les deux un ego surdimensionné, qui leur a aidé à atteindre le sommet. Mais cette chose "Joint" est une solution, qu’ils espèrent tous les deux voir finie le plus rapidement possible. Vous le voyez à l'impatience de Joussen, vous le voyez dans la grimace de Long. Juste sayin '.

21-05-15 - par Jan Peeters