Coronavirus Massacre

Tourisme et Bourse

Le coronavirus fait des victimes, principalement chez les personnes âgées et malades, mais l’industrie du tourisme prend aussi des coups. Tous mes interlocuteurs partagent plus ou moins la même vision : nous supposons que la situation va encore s’aggraver pendant trois semaines au minimum. A partir du moment où la population en Europe apprendra que tout est désormais sous contrôle, il faudra encore quelques semaines pour que la vie, et donc les voyages, reprennent leur cours normal. Et tous mes interlocuteurs sont d’accord sur un point : les réservations vont alors redémarrer à un rythme très soutenu et jamais vu jusqu’ici.

Le cours des actions dégringole

Mais c’est une longue période à surmonter avec de grosses difficultés en termes de trésorerie. Cela vaut pour les agents de voyages indépendants, mais aussi pour les grandes entreprises cotées en bourse. Les actions des grands noms du tourisme plongent ces derniers jours. Les graphiques montrent tous le même schéma : le cours des actions était en progression constante jusqu’en février et la courbe s’est ensuite très rapidement inversée vers le bas. En voici quelques exemples. 

Compagnie aérienne : easyJet

Le graphique montre l’évolution de l’action sur une année. A noter l’augmentation continue de l’action de la compagnie low cost (avec des ambitions de forfaits vacances) au second semestre 2019. Une telle augmentation signifie clairement que les investisseurs ont pleinement  confiance dans l’entreprise, le management et les choix stratégiques.

 

La chute de ces dernières semaines est spectaculaire. Et c’est là le travers de la bourse : la stratégie d’easyjet n’a pas changé, mais les circonstances du marché ont par contre changé du tout au tout. Cependant, la différence entre la courbe ascendante de 2019 début 2020 et la courbe descendante brutale montre que le cours actuel n’est peut-être que temporaire.

Croisières : Royal Caribbean

La cotation du géant des croisières en 2019 est le cas d’école d’une action particulièrement stable. Son cours fait rarement des bonds vers le haut ou vers le bas. Il a connu une baisse en octobre, mais a ensuite effectué une belle remontée. Jusqu’au 21 janvier 2020 : la chute a commencé et l’action a rapidement sombré dans les profondeurs. Un seul facteur est ici entré en jeu : la crise du coronavirus et l’attention des médias sur quelques navires mis en quarantaine ou à la recherche d’un port où accoster.

C’est également valable dans ce cas : RCL est une action stable qui peut vite se rétablir par rapport au cours temporairement bas.  

Tour operating: TUI

L’action TUI a connu des difficultés en 2019 surtout à cause des problèmes dus au Boeing MAX. Les investisseurs devaient également s’habituer à la transformation de TUI qui était une entreprise de trading traditionnelle en une entreprise asset heavy vendant ses propres produits et expériences de vacances.

Mais vous pouvez voir qu’au quatrième trimestre 2019, la confiance des investisseurs augmente. Ce qui se traduit par une amélioration progressive du cours de l’action. L’effet du coronavirus a frappé le 12 février il y a tout juste un mois. Et patatras, l’action a chuté.

En ce qui concerne TUI, il y a déjà un investisseur qui voit des opportunités dans la situation actuelle et qui a toute confiance dans la reprise du cours de l’action. Le propriétaire égyptien de Travco Group, Hamel El Chiaty, a acheté via son entreprise chypriote 3,4% des actions de TUI. L’entrepreneur a montré sans hésitation qu’il avait une confiance totale dans la stratégie de l’acteur mondial : “The initiated transformation of TUI into a digital company and the substantial investments in digitalization and digital platforms are convincing. This further transformation has significant potential to expand their leading international position.” Un langage on ne peut plus clair. Ce ne serait pas étonnant que d’autres investisseurs utilisent ce moment pour acheter aussi des actions.

Conclusion: nous entrons dans une période spectaculaire

Quasi toutes les actions du secteur du tourisme sont donc en chute libre, mais la cause est d’origine externe et n’est pas à trouver dans la stratégie et le management. Il faut s’attendre à ce que ces actions remontent très vite dès que le marché aura retrouvé ses esprits. Si cela devait se produire disons fin avril, les réservations d’été pourraient encore inverser la tendance. Et dans ce cas, le cours devrait retrouver en novembre au décembre sa situation de fin 2019. En d’autres termes, on peut dire qu’il y a des opportunités d’achat à saisir, même pour les petits investisseurs.

Pas de conseil. Mais il y a des opportunités.

Evidemment, personne ne peut interpréter cet article comme un conseil de vente ou d’achat. Je ne suis pas un analyste boursier, mais un simple commentateur du secteur du tourisme. Mais je vais quand même examiner dans les prochains jours ce que je peux faire avec un budget d’investissement limité. En effet, en tant que professionnels du tourisme, nous connaissons ces entreprises, nous connaissons le secteur et nous savons que le marché rebondit toujours quoi qu’il arrive. Et qui sait, je vais peut-être ainsi gagner un petit extra avec le tourisme ? J’y crois, hell yes ! 

 

 

12-03-20 - par Jan Peeters