Investisseurs Chinois

Cruise Deal?

Les voies des grands groupes chinois d’investissement sont impénétrables. Il y a souvent des rumeurs de reprise, des négociations sont souvent entamées et tout aussi souvent soudainement suspendues. Le fil rouge de chaque histoire : un minimum de communication. Les grands groupes chinois aiment la discrétion avec même un soupçon de mystère.

L’industrie des croisières s‘intéresse depuis déjà un certain temps au marché chinois des voyageurs qui est en forte croissance. Il semblerait récemment que cet intérêt soit réciproque : le conglomérat chinois HNA aurait décidé de reprendre une grande compagnie. L’entreprise avait déjà effectué une approche prudente en direction du secteur des croisières avec la fondation d’une marque de croisières HNA et un propre navire, le MS Henna. Les activités ont cessé en 2015 et le MS Henna a été vendu en 2016 pour être envoyé à la casse.

HNA n’a donc pas de bons antécédents dans le secteur, mais le groupe est depuis peu hyperactif dans l’industrie du tourisme en 2016, HNA est devenu propriétaire de Carlson Hotels – la maison-mère de Radisson Hotels – et a acquis 25% d’Hilton Worldwide. HNA a aussi d’importantes participations dans des compagnies aériennes (l’entreprise est née d’Hainan Airlines), des aéroports et des fournisseurs de services aux aéroports.

Avec un marché chinois des croisières à la croissance rapide, il semble logique que les grands groupes d’investissement chinois fassent un pas en direction des acteurs existants. Le moment est particulièrement propice et les grandes compagnies positionnent toujours davantage de navires vers la Chine et en construisent même spécifiquement pour le marché chinois.

Dans ce contexte, il est extrêmement logique qu’un groupe comme HNA envisage l’acquisition d’une compagnie de croisières. Le scénario se précise : HNA veut s’assurer un rôle dans un des principaux secteurs de croissance du tourisme chinois et les principales compagnies de croisières devraient privilégier un partenariat financier pour deux raisons : l’injection de cash et une position stratégique en Asie du Sud-Est.  

03-05-17 - par Jan Peeters