Brussels Airlines 2015

Facts & Figures

La presse du nord comme du sud du pays a repris dans les grandes lignes la communication des résultats 2015 de Brussels Airlines. Brussels Airlines enregistre à nouveau un bénéfice après des années de pertes, Brussels Airlines redistribue 5 millions d’euros à son personnel, Brussels Airlines bénéficiaire engage 240 personnes,… Pour les professionnels du voyage, tout cela doit se traduire en chiffres : plongeons-nous dans le bilan de notre compagnie nationale.

Résultats commerciaux : croissance sur 3 fronts

En 2015, Brussels Airlines (BA) a optimisé la capacité sur 3 fronts : l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. Au total, la capacité a été augmentée de 668.000 sièges, avec une augmentation notoire en Europe et une optimisation des sièges en Amérique. Fait remarquable : les trois réseaux sont bénéficiaires et la plus nette amélioration vient du réseau US. Le load factor moyen de la flotte BA a augmenté de 3,4%. Les vols vers les USA affichent une occupation de 82%.

 Les résultats dans le cadre ultra concurrentiel européen sont également à épingler. Dans la période 2012-2015, la capacité totale en Europe a atteint 5 millions de sièges. Les prix ont baissé et le rendement a été mis sous pression. Avec une occupation de 75% sur le marché européen, BA a réussi à faire des vols européens un profit center avec une priorité point to point. BA est évidemment un grand pourvoyeur des vols long-courriers de la Lufthansa, mais ce n’est pas l’objectif prioritaire.

Résultat financiers : le passé

Brussels Airlines sort d’une crise. On avait enregistré une perte de 80 millions d’euros en 2011 et 2012 était aussi dans le rouge avec un résultat négatif de 64 millions d’euros. C’est à ce moment, début 2013, qu’il a fallu prendre de grandes décisions : opter pour un scénario minimaliste, avec une plus petite flotte, moins de personnel, moins de présence et de pertinence ou opter pour une stratégie de croissance et d’investissement. Le choix est depuis lors connu et après une année 2013 de transition marquée par une perte nette de 22 millions d’euros, le seuil de rentabilité a été presque atteint en 2014.

Une remarque du CEO Bernard Gustin lors de la communication des résultats me revient en mémoire : ‘Nous pouvons être fiers de nos choix et de nos performances. N’oubliez pas : en Belgique, l’opinion publique est habituée à vivre avec une compagnie nationale qui est toujours en léger déficit chaque année. En 2013, nous avons pris la décision de viser la rentabilité structurelle. C’était un choix ambitieux et on a froncé les sourcils à droite et à gauche. (sourire). C’était peut-être un choix ‘non belge’ : nous ne nous sommes pas laissés marcher sur les pieds et nous avons contre-attaqué avec une stratégie volontariste.’

Résultats financiers 2015 : back to black 

Le résultat opérationnel s’est amélioré de 57,1 millions d’euros par rapport à l’année précédente. Cela procure à Brussels Airlines une marge bénéficiaire opérationnelle comprise entre 4 et 5 pourcents. Ce qui correspond à une moyenne raisonnable, voire bonne dans le secteur. Les résultats auraient encore pu être meilleurs, mais ont été amputés de 13 millions suite à la faillite de Korongo en Afrique (3 millions) et les conséquences du lock-down à Bruxelles (10 millions). Sur l’autre plateau de la balance, on a pu compter sur un carburant avantageux.

Objectivement, ce sont de bons résultats. Par rapport au contexte et à l’historique de l’entreprise, c’est magnifique, mais la direction est bien consciente que cette étape doit absolument recevoir confirmation en 2016.

 Un montant de 5 millions d’euros a été redistribué au personnel. Encore une histoire complexe car elle tient compte d’accords négociés conclus dans le passé : l’attribution de ce montant n’est pas faite sur un coup de baguette magique. Quoi qu’il en soit, le CEO a rappelé plusieurs fois lors de sa présentation ‘qu’il ne pourrait jamais adresser suffisamment de remerciements aux collaborateurs de Brussels Airlines : en 2012, nous avions besoin de tout le monde et ils ont fait face.’

Optimisation de la flotte en 2016/2017 

Au cours des années à venir, Brussels Airlines va franchir un nouveau cap en optimisant sa flotte : le nombre d’avions sera stabilisé à 51 en 2017 et on va se séparer des 12 Avro qui font encore partie de la flotte. Elle se composera désormais de trois types d’avons : A319, A320 et A330. Le ‘phase out’ des Avro va commencer en 2016 : une nouvelle croix sur le passé ‘SN Brussels Airlines et une étape vers une meilleure utilisation des avions et des pilotes.

Un problème positif : quid des objectifs 2018 ? ?

Si les attentes sont rencontrées, Brussels Airlines va déjà atteindre en 2016 les objectifs fixés pour 2018. Ils seront alors adaptés : le chiffre rond de 10 millions de passagers est désormais le nouvel objectif pour 2018. Ce n’est plus très loin des 12 millions de passagers transportés naguère par la Sabena. Le successeur du successeur de la Sabena est bel et bien de retour aux affaires.

 

 

18-03-16 - par Jan Peeters