De la misère à la jubilation

Fin de la surcapacité ?

Lorsque le PDG de Lufthansa parle, tout le monde dans le secteur de l'aviation l'écoute. Carsten Spohr est le patron de l'un des plus importants acteurs de l'aviation, mais c'est aussi un homme qui ose mettre les choses à plat. Le grand patron d'Austrian Airlines, de Brussels Airlines, d'Eurowings, de Lufthansa et de Swiss International Air Lines voit "son" magasin se mettre en ordre. Lufthansa peut s'accommoder de prix plus élevés et d'augmentations de capacité moins importantes que prévu.

Le groupe a été contraint de réduire de cinq points ses plans de capacité pour le troisième trimestre, à environ 80 % des niveaux de 2019, en raison des réductions du calendrier estival. Les perspectives de capacité pour l'ensemble de l'année restent à environ 75 % de celles d'il y a trois ans. En réponse aux retards des constructeurs d'avions Airbus et Boeing, Lufthansa va réactiver ses Airbus A380 pour répondre à la demande l'année prochaine.

Lufthansa prévoit un bénéfice EBIT "sensiblement plus élevé" pour le trimestre de septembre, et un bénéfice EBIT de plus de 500 millions d'euros pour l'ensemble de l'année. Elle n'avait pas encore publié de prévisions de bénéfices pour l'ensemble de l'année.

Le groupe doit encore faire face à des obstacles importants pour parvenir à la normalisation que M. Spohr envisage pour l'année prochaine. De nouveaux contrats sont toujours en cours de négociation avec les syndicats des pilotes et du personnel au sol, dont l'issue devrait entraîner une hausse des coûts.

Mais le ton de Francfort était optimiste, M. Spohr considérant que le groupe est "idéalement positionné" pour réussir la reprise. Revenant sur les jours plus légers d'avant la pandémie, il a exposé les plans visant à renouveler le produit et le service à bord des avions dans toutes les classes, de la première à l'économie, jusqu'en 2023.

Le groupe attend également une décision de Rome sur son projet d'investissement stratégique dans ITA Airways. Lufthansa a conclu un partenariat avec le géant du transport maritime MSC, tandis que la société américaine de capital-investissement Certares a soumis une proposition concurrente en partenariat avec Air France-KLM et Delta Air Lines. Les offres ont été soumises au début du mois de juillet, mais la décision a été retardée en raison des troubles politiques en Italie.

LE PDG de Lufthansa a également fait des commentaires assez intéressants sur la croissance, et sur la hausse des prix pour les consommateurs.Carsten Spohr ; : "Nous pensons qu'il n'y aura qu'une modeste croissance de la capacité en raison des contraintes de capacité actuelles.

"Nous attendons une reprise complète avec une nouvelle consolidation du secteur. Nous verrons que cela permettra de soutenir durablement des rendements plus élevés qu'avant la crise."

M. Spohr a également prédit que la demande de vacances haut de gamme resterait forte, quelle que soit la détérioration des perspectives économiques : "Nous voyons de plus en plus de personnes qui sont moins sensibles aux hauts et aux bas de l'économie."

Il a souligné : " Il y a une tendance claire à ce que de plus en plus de clients voyagent en premium et cela soutient notre performance en termes de revenus. "

Conclusion : un net resserrement du positionnement est en cours au sein du groupe Lufthansa, qui, tout en pansant les plaies de la période de pandémie, suit également l'adage "never waste a good crisis". Une croissance saine passe avant tout, ainsi qu'un bon rendement. Cela se traduit par une sélection minutieuse, presque naturelle, du groupe cible : les compagnies aériennes Lufthansa se concentreront de plus en plus sur la classe moyenne aisée, qui peut payer les prix corrects - voire élevés - et qui s'attend à ne pas être traitée comme du bétail en retour.

En d'autres termes, la différence entre des transporteurs comme Lufthansa et les compagnies aériennes à bas prix deviendra probablement encore plus nette dans un avenir proche. Et cela offre à son tour de nouvelles possibilités de positionnement pour les compagnies aériennes de vacances, qui répondent déjà bien aujourd'hui à leur groupe cible : "les personnes qui sont d'humeur vacancière et qui veulent de plus en plus considérer le vol comme un élément agréable de ces vacances." Il sera intéressant de suivre comment les différentes grandes compagnies aériennes opteront pour une croissance débridée ou pour un modèle de volume et de rendement plus conscient.

Tout pourrait être parfait au pays des compagnies aériennes. Il ne nous reste plus qu'à résoudre le problème des émissions de CO2.

 

08-08-22 - par Jan Peeters