Ali Baba achète des Magasins

High Tech High Touch

Le géant chinois d’internet Ali Baba est de plus en plus associé aux quatre entreprises GAFA : Google, Apple, Facebook et Amazon. C’est une entreprise qui propose et vend tout ce qui est possible en ligne. Le fondateur d’Ali Baba, Jack Ma, gagne toujours plus en reconnaissance en tant que leader et stratège de génie : son groupe a en effet connu une expansion très rapide pour devenir un acteur de format mondial. Et maintenant Ali Baba achète des magasins. Des magasins physiques. High Tech & High Touch en réalité.

Magasins en ligne et magasins physiques

Ali Baba, un des plus purs acteurs en ligne au monde, a acquis des participations dans Sun Art Reatail, la seconde chaîne d’hypermarchés de Chine avec 446 points de vente. La part de marché de Sun Art Retail est estimée à 15% ce qui est énorme dans un pays comme la Chine. L’objectif : utiliser offline ce qu’Ali Baba a appris online pour procurer au consommateur une meilleure expérience de shopping qu’aujourd’hui. En d’autres termes, appliquer les connaissances technologiques (High Tech) pour offrir un service de dimension humaine (High Touch). Ali Baba emprunte donc la même voie qu’Amazon et Coolblue en complétant son webshop avec des magasins physiques.

 

Il semble que nous nous dirigions vers une nouvelle réalité, quinze ans après la première bulle internet : les acteurs en ligne veulent aussi mener la danse offline. Ali Baba est peut-être le meilleur exemple d’une entreprise online en pleine réussite : avec plus de 550 millions de visiteurs actifs… par mois, elle est même beaucoup plus importante qu’Amazon. L’entreprise veut augmenter son chiffre d’affaires de plus de 50% en 2018. Et voit une opportunité dans les magasins physiques.

Un parallèle avec le secteur du voyage

Ce parallèle va de soi. L’industrie du voyage en ligne a connu une croissance considérable au cours des vingt dernières années et a radicalement modifié la customer travel journey. De nombreuses entreprises traditionnelles ont disparu parce qu’elles n’ont pas vu arriver cette tornade online.

Mais elle n’a cependant pas tout emporté sur son passage, au contraire : les tour-opérateurs et les conseillers de voyage entrevoient aujourd’hui de nombreuses opportunités et le consommateur semble plus que jamais apprécier les notions de ‘’service’’, de ‘’professionnalisme’’ et de ‘’judicieux conseils’’. D’autre part, ce même consommateur attend également, en plus de ces éléments ‘’high Touch’’, la même rapidité, la même efficacité et la même facilité d’utilisation qu’il a appris à connaître et à apprécier en ligne.

Les acteurs en ligne l’ont bien compris. D’où l’ambition d’une entreprise comme Ali Baba de rendre l’expérience en magasin aussi parfaite que possible pour le consommateur en y intégrant des informations et des outils offline.

Chemin inverse

De nombreuses entreprises vont devoir prendre le chemin inverse dans les années à venir, à savoir enrichir l’expérience en magasin de leurs clients avec des connaissances online, le plus souvent en les achetant.

Travelprice, un vendeur de voyages ? 

Une prédiction : des acteurs comme TravelPrice et Expedia vont bientôt convoiter avidement des entreprises de l’industrie du secteur avec un historique traditionnel. Les reprises d’hôtels, d’entreprises de vente de voyages et même peut-être aussi de compagnies aériennes seront activement recherchées. Le modèle ‘’High Tch, High Touch’’ deviendra peut-être une réalité concrète plus vite qu’on ne l’attendait, voire même déjà en 2018. Quoi qu’il en soi, nous allons vivre des moments passionnants. Hell, Yes !

 

 

21-11-17 - par Jan Peeters