Tests de Concept RHO, LPA

Ne pleurnichez pas

Plus il y a de personnes qui voyagent vers des destinations de vacances, mieux c'est. Plus on en parle dans les médias, mieux c'est. Concentrons-nous sur ce qui peut être fait, dans les mois à venir, et ne nous plaignons pas trop publiquement de ce qui ne peut pas être fait. Un témoignage d'un projet des Pays-Bas.

Aux Pays-Bas, le premier "projet pilote de vacances Covid-19" est maintenant derrière nous : un avion complet de clients de Sunweb et Transavia est revenu d'un voyage à Rhodes. Ce voyage a été planifié et communiqué comme un premier voyage d'essai, en collaboration avec le gouvernement néerlandais, qui mène des "recherches sur le comportement des voyageurs pendant la pandémie". Le projet relève de la responsabilité du ministère des Infrastructures et de la Gestion de l'eau et du ministère des Affaires étrangères. Avec 188 voyageurs - un 189e a dû annuler à la dernière minute en raison d'un test positif - nous nous sommes rendus à l'hôtel Mitsis Beach à Rhodes. Pendant le séjour tout compris, les voyageurs n'ont pas été autorisés à quitter le complexe hôtelier. Bien sûr, ils ont été testés au départ, pendant le voyage et au retour. L'intérêt était massif : plusieurs dizaines de milliers de personnes ont tenté de réserver une place dans l'avion.

Un projet pilote similaire, cette fois en coopération avec TUI et Corendon et le même gouvernement central, se déroulera à Gran Canaria (Hôtel Riu Meloneras - pas le Palace, l'autre) au début du mois de mai. Cette fois, les participants sont autorisés à quitter la station. À nouveau, l'envie de voyager est grande : plus de 60 000 personnes ont posé leur candidature. Le vendredi 23 avril au plus tard, 180 voyageurs seront informés qu'ils peuvent partir.

 Le gouvernement central communique sur ce projet d'une manière qui est au moins - eh bien - spéciale. Nous citons le site web du gouvernement central, spécifiquement sur ce projet :

"Le gouvernement central et le secteur des voyages et des transports enquêtent sur le comportement des gens lors de voyages expérimentaux à l'étranger. Avec cela, le gouvernement étudie comment voyager en toute sécurité dès que cela sera à nouveau possible."

Voici les règles :

"Les participants au voyage d'essai doivent se conformer à toutes les mesures covid. Les voyageurs seront en contact avec le voyagiste pendant la recherche, la réservation, avant, pendant et après le voyage. Ils doivent passer un test NAAT(PCR) au maximum 72 heures avant le voyage et présenter un test rapide négatif 4 heures avant l'embarquement. Pour le voyage de retour, les voyageurs doivent se conformer aux mesures de dépistage et de quarantaine qui s'appliquent aux voyageurs en provenance de zones à haut risque. À leur retour, ils seront informés de la quarantaine supplémentaire à domicile."

Voilà l'objectif (gouvernemental) des deux opérations :

"L'objectif de ce voyage pilote est d'acquérir de nouvelles connaissances (comportementales) dans une situation réelle. Les gens suivent-ils les mesures de base de Corona pendant les vacances et pourquoi ou pourquoi pas. De cette manière, des données sont collectées sur la façon dont les gens peuvent à nouveau voyager de manière sûre et responsable. Pour que le secteur des voyages et des transports puisse s'y préparer. Et les voyageurs peuvent être mieux informés sur la sécurité des déplacements. Même s'ils ne partent pas en vacances via un voyage organisé.

"Une agence indépendante évalue les voyages d'essai. Les résultats du premier voyage à Rhodes sont attendus à la fin du mois d'avril. Les premiers résultats de ce voyage peuvent également servir de contribution possible pour le deuxième voyage d'essai."

En d'autres termes, les scientifiques participent au processus. Et ils ont encore des voyages à réaliser :

"Le gouvernement, l'industrie du voyage et le secteur des transports pourraient travailler sur d'autres voyages pilotes dans une deuxième phase. De cette manière, ils collecteront encore plus de résultats sur le comportement des voyageurs. Les résultats de la recherche des deux premiers voyages d'essai seront inclus dans ces voyages. Il peut s'agir d'un essai de vacances en voiture, en bateau de croisière, en train ou en bus."

Bien sûr, vous pouvez trouver toutes sortes d'opinions à ce sujet.

Vous pouvez vous moquer de ce genre de vacances tout compris, et dire que "la plèbe" qui se laisse utiliser pour cela n'a aucun sens du goût, ni aucun sens de l'indépendance et - même - de la démocratie. Ce type de réaction se retrouve dans la " presse de qualité ", dans certaines sections des médias sociaux et dans des réactions subies par certaines sections " conscientes " de la population.
On peut s'indigner d'une nouvelle étape vers une "société expérimentale" dans laquelle rien ne peut se produire spontanément, où tout doit être planifié et évalué, et où le gouvernement restreint avidement les libertés de la population. 1984 d'Orwell est une référence facile, dans ces milieux.

Vous pouvez également faire remarquer qu'il s'agit d'une situation artificielle du début à la fin et que, quelles que soient les conclusions que l'on en tire, il ne sera jamais possible de faire une comparaison avec une situation de vacances "réelle", car chacun vit ses vacances différemment.

Et bien sûr, vous pouvez également souligner que dans ces deux situations de test, aucune des réservations n'a pu être effectuée par l'intermédiaire de l'agence de voyage, en raison des accords de confidentialité entre les clients, les agences de voyage et le gouvernement. Et on peut y trouver quelque chose à dire aussi.

Et on peut penser qu'il s'agit d'une initiative conjointe transparent entre le gouvernement et le secteur du voyage, pour faire croire au consommateur naïf que les choses sont vraiment faites de manière "scientifique".

Bon, il y a probablement quelque chose à dire sur chacune de ces constatations.

Vous voulez peut-être même savoir ce que j'en pense. Je pense qu'en ce moment, le secteur du tourisme a besoin de toutes les bonnes nouvelles possibles. Je pense que le fait que deux voyages vers des endroits ensoleillés se poursuivent, avec de vrais vacanciers dans de vrais hôtels sous un vrai soleil et véritablement organisés par le vrai secteur du voyage organisé, fait partie de ces nouvelles positives. Je pense que les vacances tout compris, quels que soient les mesures, les protocoles et même les restrictions, seront le gagne-pain d'une grande partie de l'industrie du voyage cet été. Je pense que "des centaines de vacanciers en sécurité au soleil" sonne mieux que "la majeure partie de l'Europe en zone rouge". Je pense qu'après avoir été plongés dans la crise depuis plus d'un an, des initiatives comme celle-ci, qui attirent la presse nationale, sont tout à fait bonnes.

Le coup d'envoi du redémarrage du tourisme sera donné par les fabricants de volume dans notre industrie. Le désir latent de voyager sera encouragé à se matérialiser en attirant l'attention sur les plus grands noms communs de la vaste offre de vacances. Et il n'y a rien de mal à cela.

On peut dire plein de choses sur ces "voyages d'essai", mais en tant que professionnel du tourisme, je préfère qu'ils aient lieu. Plus que cela : j'aimerais voir un ou deux de ces voyages planifiés, médiatisés et réalisés en Belgique. Vous pouvez choisir la destination. Mais ce serait bien que le leader du marché prenne l'initiative ici. Et laisse les acclamations, les critiques, la jalousie et l'insatisfaction s'exprimer dans les coulisses. "L'homme de la rue sera heureux de voir la perspective de véritables voyages de vacances. Et moi, j'aimerais être cet homme de la rue lors d'un de ces voyages. Ne pleurnichez pas. Hell, yes !

22-04-21 - par Jan Peeters