Enquête Mondiale IATA

Plus de pax, moins d’argent

Voici en primeur les grandes lignes d’un article à paraître dans le prochain numéro print de Travel360° Le Magazine : l’enquête annuelle de l’IATA concernant les expériences, les attentes et les tendances qui sont importantes aux yeux des voyageurs fréquents dans le monde. Ce n’est pas seulement une enquête représentative auprès de plus de 7.000 consommateurs, c’est aussi à chaque fois un document qui prend le pouls de la situation actuelle. Quelques points importants.

Plus de voyageurs, toujours plus de voyageurs 

Après un ralentissement de la croissance entre 2007 et 2010, le nombre des passagers a fortement augmenté au cours des 5 dernières années. L’IATA s’attend à ce que les compagnies aériennes dans le monde dépassent nettement le segment de 3,5 milliards de 2015.

La grande question qui se pose est la suivante : jusqu’où va aller cette croissance aussi bien au niveau des moyens logistiques et économiques qu’au niveau de l’écologie et de la sécurité ? Il faut savoir que si tous les avions en vol dans le monde devaient tous se poser dans les 12 heures (suite à une menace nucléaire ou toute autre situation de crise mondiale), il n’y aurait tout simplement pas assez de place pour qu’ils atterrissent dans les aéroports…

Des prix plus bas, des prix toujours plus bas.

Le niveau de prix moyen d’un billet d’avion a plongé depuis le changement de siècle. La rupture définitive des acteurs low cost high volume et la réponse obligée des autres compagnies en est la cause. Il est frappant de remarquer que les prix ont continué à baisser dans les années de crise 2008/2009, suivis d’une correction de prix en 2010/2011. Mais depuis 2014, la dégringolade a repris.

 

Autre grande question : combien de temps encore va tenir cette relation tendue entre le modèle low cost et le modèle économiquement subsidié ? Des business models hybrides montrent que d’autres voies existent et les gros efforts de Lufthansa pour créer une entité low cost montrent également que nous allons vers un modèle ‘’low cost short haul feeder – high service long haul travel’’.

La croissance provient des Nouvelles Economies. 

C’est une donnée connue : l’aéronautique suit l’économie ‘normale’. Les pays avec un PNB en croissance voyagent plus et les courbes sont exemplaires à ce sujet. L’ensemble du monde croît, mais l’Inde et la Chine maintiennent le peloton à bonne distance.

Troisième grande question : quelle part de croissance de ces économies est structurelle et que va-t-il se passer quand la bulle va inévitablement éclater ? L’aviation a en effet un gros défaut tout aussi inévitable : la croissance se traduit dans l’achat de nouveaux appareils. Et ceux-ci doivent voler, même quand l’économie commence à battre de l’aile…

24-10-16 - par Jan Peeters