Le Débat: Jetair, Thomas Cook, Sunweb et Corendon. Partie 1: les tendances du marché pour l'été 2015.

Quatre cents professionnels de l'industrie du tourisme ont participé au programme de Brussels Travel Top, l’événement B2B du Salon des Vacances de Bruxelles. Ils ont attendu avec impatience la table ronde composée de CEOs de quatre entreprises qui se battent durement pour chaque millimètre de part de marché. Celui qui n’a pas été là, a raté quelque chose. Une impression, avec des réflexions et des commentaires - première partie: le marché pour l'été 2015.

Sur le podium: Elie Bruyninckx (CEO TUI Benelux), Marco Ferber (CEO Thomas Cook Belgique), Joost Romeijn (CEO Sundio - Sunweb), Steven van der Heijden (CEO Corendon). Quatre top managers qui dirigent les entreprises qui se battent pour la croissance, la part de marché et l'amélioration continue de la rentabilité. Quatre entreprises, avec chacune une vision claire du rôle de la distribution et de l'agent de voyages, comme la composante du réseau entier de la distribution.

Remarque: début février, personne n’était encore très enthousiaste concernant les résultats des réservations anticipées. "Pas mal", "semblable à l'année dernière", "nous gardons le niveau" – c’était différent il y a seulement deux mois.
Thomas Cook et Jetair ne sont "pas insatisfaits" des résultats à ce jour. Entre les lignes, une personne bien attentive peut comprendre que, même si on a essayé de tout faire pour convaincre le consommateur à réserver anticipativement, on ne parle pas encore d'une "opération à succès". Nous gardons le niveau, nous pouvons voir un petit plus, mais le trophée n’est pas encore entre nos mains. Jusqu'ici, tout va bien?

Joost Romeijn de Sundio - mais surtout de Sunweb en Belgique – a admis franchement qu'il n’est pas satisfait des résultats, mais son sourire en disait long: "“it ain’t over till it’s over " - il est clair que Sunweb avait prévu de mener une bataille dure et longue pour gagner des parts de marché encore plus rapidement que les années précédentes. Le challenger n’hésite pas à déployer des nouvelles méthodes de guérilla. Une objection ici : si les autres acteurs regardent aujourd'hui les actions de Sunweb en fronçant les sourcils, cela mérite peut-être que nous remontons dans le temps. 

Durant ses débuts, Jetair s’était positionné comme un challenger, avec des slogans tels que "prix pirates". La politique des prix de, à cette époque-là, petit et rebelle Jetair était un secret bien gardé, mais ce n’étaient certainement pas des enfants du chœur, là à Ostende. Au sein de Thomas Cook, c’est Neckermann qui a, dans les années quatre-vingt, propulsé les prix minimaux (obligatoire par la loi, à l’époque, pouvez-vous imaginer ?) fragmentés et en même temps, tiré vers le bas les marges des gains du secteur: on a crié à l’assassin, mais l'empire de Gand a continué à grandir.

Steven van der Heijden de Corendon a mentionné que le marché belge est un marché stable depuis longtemps, prévisible même - ce que vous n’avez pas gagné au début, vous l’aurez bien à la fin de la saison- mais que maintenant, il a vu des signes qui indiquent une volatilité croissante sur le marché. Souriant, il a regardé la salle et il a dit "que maintenant, cela pourrait devenir très intéressant en Belgique." Une petite information: Corendon prévoit une croissance d'environ 50% sur le marché belge dans les années à venir.

D’ailleurs, juste avant le débat, une étude de l’ABTO avait montré que des 12 millions de vacances que les Belges ont planifiées d’une manière ou d’une autre pour l'été 2015, il y en avait encore 7,3 millions qui étaient “ à vendre ” début février. Les grandes questions que le consommateur se pose encore: où partir en vacances, quand pourrais-je prendre des vacances et quel est mon budget.

Conclusion: ce sera une longue bataille, dans les prochains mois. Une chose est certaine: qui ose souffler un instant, prévoir une pause et ne pas prendre d’initiatives pour travailler le marché activement, perdra clairement des parts de marché. Cela vaut pour les quatre gladiateurs de l'arène, mais aussi pour tout agent de voyages et chaque acteur affiliate. Nous nous attendons à un marché de last minute surchauffé, mais nous prévoyons également les prochaines semaines une séquence d’actions de promotions. Celui qui reste tranquillement dans son coin, peut plier ses bagages. When the going gets tough, the tough get going.

11-02-15 - par Jan Peeters