Manu & le Millennial

Going to Africa!

C’est une histoire vraie et toute récente. Elle est peut-être typique de notre époque, où les générations de consommateurs ayant de ‘‘vieilles’’ et de ‘’nouvelles’’ habitudes se succèdent en seulement quelques années. C’est l’histoire de Bas, le créatif Millenial, et de Manu, le professionnel baby-boomer. A la base de cette histoire : Bas veut partir en vacances cet été en Afrique du Sud.

Bas est un type bien. Il mord la vie à pleines dents et il a un chouette job dans une agence de lay-out. Il a 23 ans et veut aller avec son amie en Afrique du Sud. Leur premier voyage lointain, ils sont impatients d’y être. Ils viennent juste de rénover leur maison et les frais ont été conséquents, mais vous ne vivez qu’une fois... Ah, l’optimisme de la jeunesse !

Bas et son amie ont commencent leur recherche sur internet, ils surfent sur des sites d’information, ils demandent des conseils et des avis à des amis et à des connaissances et leur projet prend forme. Ils réservent leur vol aller-retour et quelques hôtels. Le voyage est prêt à 70%.

A ce moment, le jeune couple commence à se poser des questions. Ils ont besoin de vols intérieurs et ils aimeraient louer une voiture à deux endroits. Ils veulent des vacances actives et en voir le plus possible. Ils hésitent à propos de certains hébergements : tout leur paraît OK, mais les prix divergent fortement. Et ils arrivent petit à petit à la limite de leur budget.

Bas décide alors de ne prendre aucun risque : il va faire appel à un professionnel pour boucler les 30 derniers % du voyage. Il m’appelle et me demande si je connais quelqu’un ‘’car tu connais tout le monde dans le secteur du voyage, non ?’’. Je rigole au téléphone et je lui promets de l’aider.

Je continue à sourire en raccrochant. Car j’ai conscience que la demande de Bas est tout à fait normale pour lui et une majorité de sa génération. Vous composez vous-même une grande partie de votre voyage et quand vous touchez au but, vous demandez de l’aide à un professionnel. Je peux facilement m’imaginer la réaction de nombreux collègues. Je peux déjà en citer quelques-unes : ‘’Ah, nous sommes soudain suffisamment bons pour être utiles ?’’ ou ‘’Vous essayez d’abord vous-même et nous devons nous charger ensuite de la dernière ligne droite ? Pour moi, vous pouvez continuer à chercher à faire le reste vous-même’’. Je pense aussi que la réaction suivante n’est pas impossible : ‘’Il croit sans doute que nous travaillons pour des clopinettes ? Sans les marges sur les vols et le séjour, il me reste seulement beaucoup de travail et aucune rémunération.’’  

Des réactions totalement compréhensibles. Cependant, nous laissons passer ici une réelle opportunité. Bas n’est en effet encore jamais entré dans une agence de voyages. Il a jusqu’ici déjà pas mal voyagé, mais il n’est jamais allé plus loin qu’un citytrip classique et des vacances vol + séjour. Et il est vrai qu’un jeune créatif peut très bien s’organiser lui-même pour ce genre de projet.

En ce qui concerne l’Afrique du Sud, c’est différent. Bas ne peut vraiment pas se passer d’un agent de voyages : il a commencé, comme de nombreux autres membres de sa génération, à mettre en place son voyage. Et il est arrivé à la conclusion que ce n’est pas aussi simple qu’il ne le pensait. Bas va donc découvrir un autre monde : le monde des professionnels du secteur du voyage.

J’ai contacté Manu et je lui ai expliqué le cas de Bas, le Millenial. Et Manu a compris tout de suite la situation. Tout en riant, Il a fait la remarque suivante : ‘’Je dois donc lui faire bien comprendre qu’organiser des voyages est un métier ? Merci pour ce privilège !’’

Bas a contacté ensuite Manu et les pièces du puzzle se sont correctement assemblées. Manu lui a encore fait certaines recommandations : il lui a conseillé de supprimer une région et de la remplacer par une autre et de s’accorder des moments de repos pendant le voyage, sinon ils seraient tous les deux épuisés après la première semaine... Il a également conseillé à Bas de prendre une assurance annulation car pour un tel voyage, c’est préférable. Ou encore de réserver via un agent de voyages professionnel pour bénéficier d’une protection légale.

Bas m’a récemment dit qu’il n’avait pas seulement reçu des informations très intéressantes, mais qu’il envisage maintenant ses vacances avec plus de sérénité. Et il va certainement expliquer à ses amis que des professionnels sont là pour donner des conseils et composer des voyages sur mesure.

PS : comme je l’ai dit, il s’agit d’une histoire vraie. Vous ne le savez peut-être pas, mais le professionnel baby-boomer est Manu Donck d’Africa By Excellence et que Bas le Millenial travaille chez Shtick, notre super agence de lay-out.

16-05-18 - par Jan Peeters