Métaverse & Travel

le potentiel

 

L'introduction du Metaverse par Mark Zuckerberg, PDG de Facebook (désormais appelé Meta), a eu lieu en pleine crise pandémique.

La grande question qui se pose aujourd’hui est la suivante : quelles sont les opportunités pour le secteur du voyage, et quand commencera-t-on "vraiment" dans le métavers ? Eh bien, les opportunités sont nombreuses. Nous nous sommes plongés dans une étude très récente réalisée par Accenture, dans 16 pays : Brésil, Canada, Chili, Chine, France, Allemagne, Inde, Indonésie, Italie, Singapour, Espagne, Suède, Émirats arabes unis, Royaume-Uni, États-Unis et Vietnam.

L'enquête montre que 64 % des personnes interrogées ont déjà acheté un produit virtuel ou profité d'une expérience virtuelle au cours de l'année écoulée.

L'enquête révèle également que ce chiffre devrait augmenter, puisque 83 % des consommateurs sont intéressés par la réalisation d'achats via le métavers.

42 % des consommateurs se sont rendus chez un détaillant dans le monde virtuel pour demander des conseils, faire un achat ou explorer des produits, et 56 % disent avoir l'intention de le faire.

Selon le rapport Accenture Technology Vision 2022, le métavers a également attiré l'attention du monde des affaires : 72 % des cadres du monde entier pensent qu'il aura un impact positif sur leurs organisations, tandis que 45 % le considèrent comme "révolutionnaire ou transformateur".

Selon l’étude d'Accenture, 50 % des consommateurs achètent déjà ou souhaitent acheter une expérience de voyage, comme un séjour à l'hôtel ou une activité. En effet, ce sont des consommateurs qui réservent une chambre d'hôtel virtuelle, et qui visitent virtuellement - par exemple - une ville.

Pour les millenials, ce chiffre s'élève à 55 %, tandis que pour les baby-boomers, il est de 29 %. Ne pensez donc pas que la "vieille génération" ne s'intéresse pas du tout au metaverse : 29 %, c'est déjà beaucoup à ce stade.

Toutefois, les principales applications générales pour le secteur du voyage ne relèvent pas, à mon avis, de notre activité principale - l'offre et l'organisation de voyages. Un marché virtuel émergera, et quiconque le voudra pourra s'y engouffrer. Sentez-vous libre, cher lecteur.  Mais il existe d'autres façons d'utiliser le métavers dans le monde du voyage, par exemple pour préparer un voyage grâce à des visites virtuelles d'aéroports, d'avions et de chambres d'hôtel. Il s'agit d'applications métaverses qui peuvent accroître l'efficacité et améliorer l'expérience générale des consommateurs. Et admettons-le, ne cherchons-nous pas ça tout le temps ?

La formation des employés est un autre domaine où la technologie est susceptible d'être appliquée, tandis que les applications B2B telles que les visites virtuelles des salles de réunion et de conférence avant un événement pourraient également être de plus en plus utilisées dans le métavers.

Il est également possible de stimuler les ventes en utilisant la technologie pour montrer virtuellement aux consommateurs les produits et services qu'ils pourraient acheter.

Il existe également des applications permettant aux personnes qui ne peuvent pas voyager pour des raisons de santé, économiques ou autres, de découvrir des destinations et permettant aux entreprises de voyage de s'adresser à elles avec des services virtuels personnalisés.

Conclusion : le métavers n'est pas destiné à remplacer le voyage physique, mais plutôt à enrichir une expérience globale. En offrant la possibilité de s'asseoir dans un siège virtuel de première classe, de faire l'expérience du salon ou de se promener dans un complexe hôtelier ou dans une chambre, on crée des occasions d'intéresser et d'inspirer les gens avant qu'ils ne voyagent.

 

 

02-05-22 - par Jan Peeters