Take It To The Next Level

Brussels Airlines

Vous le savez certainement, même si vous venez de débarquer d’un long vol intercontinental sans wifi : Lufthansa a levé l’option d’achat et est désormais actionnaire à 100% de SN Air Holding, la maison-mère de Brussels Airlines. L’image qu’employaient à la fois le CEO de Brussels Airlines Gustin et le CEO de Lufthansa Spohr était : ‘’take it to the next level’’. Elle s’applique désormais à Brussels Airlines, mais aussi à Brussels Airport.

Lors de la conférence de presse de l’annonce – de la confirmation finalement – de la reprise des 55% de parts restantes, j’ai directement songé à une déclaration récente de Jos Nijhuis, le Président et CEO de Schipol. Il admettait volontiers que le développement de Schipol était dû en grande partie à KLM : ‘’Sans KLM, nous ne serions pas où nous en sommes. Nous serions Zaventem.’’ Le message était très clair : un grand aéroport international a besoin d’une grande compagnie aérienne internationale comme moteur de croissance.

Carsten Spohr a relevé également le même point : Brussels Airlines et par extension le secteur aérien belge a besoin d’un partenaire solide. Il serait impossible pour Brussels Airlines de devenir un acteur dominant au plan international en ne pouvant compter que sur ses propres forces. C’est pourquoi, l’intégration dans Eurowings est essentielle pour l’avenir de l’entreprise, mais aussi pour l’avenir de Brussels Airport.

‘’Nous voulons construire une nouvelle maison, ici à Bruxelles dans le plus européen de tous les marchés européens.’’ Attention, cela ne veut pas dire automatiquement que Brussels Airlines va devenir immédiatement un hub complet pour Eurowings. L’année prochaine, il y a Bâle et Majorque au programme et cela ne changera pas. Bruxelles deviendra bien un hub stratégique Afrique pour Lufthansa.

Brussels Airlines sera à terme totalement intégrée dans la structure hybride low cost d’Eurowings. Le patron de Lufthansa a bien fait comprendre que c’est une intégration et pas une absorption. Lufthansa a en effet tiré de nombreux enseignements suite aux processus d’intégration de Swiss et Austrian, entre autres. Une part importante du succès d’une compagnie aérienne paneuropéenne repose sur le fait de pouvoir capitaliser sur la diversité des marchés et des marques locales. Il y aura donc un processus simultané dans lequel le positionnement hybride et la structure de coût actuelle ne seront pas des obstacles, mais des atouts importants.

Comme souvent, Etienne Davignon a utilisé l’image la plus directe pour décrire la position de Brussels Airlines dans lufthansa : ‘’Mieux vaut être une grosse partie d’Eurowings qu’une toute petite de Lufthansa.’’ Eurowings va respecter l’approche, la réussite et la vision de Brussels Airlines. Ce sont les meilleures garanties pour réaliser le scénario de croissance prévu.

A noter dans les réactions : même les syndicats ont difficilement trouvé à redire dans l’histoire. Ils ont bien regimbé un peu au sujet ‘’d’une probable diminution de personnel dans des départements comme l’IT’’ et ont pointé certaines faiblesses dans le manque de garanties concernant l’emploi. Mais ils vont finalement aussi devoir se rendre à l’évidence : dans l’aviation, il n’y a qu’une garantie sur l’emploi. Et c’est la croissance. Take it to the next level, tout est dit.

15-12-16 - par Jan Peeters