Paralysie et psychose

LA CONFUSION L’EMPORTE

Les réservations à l'étranger ont soudainement stagné. L'euphorie prudente chez certains acteurs du secteur du voyage a dû faire place à un enième découragement. Le "gel des réservations" actuel est difficile à expliquer rationnellement : en Belgique, le nombre de contaminations est en augmentation, mais la carte de l'Europe montre bien où se situe la frontière entre l'Europe du Sud et l'Europe du Nord : le Sud est en orange et en vert.

Une conclusion rationnelle pourrait être la suivante : si vous avez des projets de vacances à court terme, il est préférable de réserver le plus tôt possible car ailleurs, c’est apparemment plus sûr qu'ici. "Les gens sont imprévisibles", écrivait Gérard Walschap il y a de très nombreuses années. En été, nous nous sommes rendus dans les zones rouges en prenant bien sûr toutes les mesures possibles. Ces pays avec des zones rouges étaient alors théoriquement plus "dangereux" que la Belgique. Mais nous y sommes allés, car nous avions besoin de soleil.

Aujourd'hui, les mots "quatrième vague" déclenchent une véritable psychose. C’est également bizarre car les chiffres étaient mauvais depuis un certain temps. Mais ce n'est que lorsque le gouvernement a annoncé qu'il allait prendre des mesures que la peur s’est installée.

Il se passe ensuite quelque chose d'étrange : le secteur de l'événementiel et le secteur du voyage se retrouvent projetés quelques mois en arrière car les consommateurs hésitent à réserver ou à confirmer leurs voyages et ils hésitent à assister aux événements. La fréquentation de l’Horeca se poursuit apparemment avec un pass difficilement applicable…

"Une psychose est un état psychiatrique dans lequel le patient perd tout ou partie du contact avec la réalité pendant un certain temps.’’ C'est ce qui arrive à la population : tant la majorité des vaccinés que la minorité non vaccinée ne réagissent plus à la situation réelle, mais à une interprétation de la réalité. La vie de tous les jours continue, avec des masques et des pass là où c’est possible, mais quand il faut s’inscrire à quelque chose, quand il faut enregistrer formellement quelque chose ou quand il faut confirmer une réservation, une sorte de paralysie de la décision entre en jeu, irrationnellement.

Des preuves, des arguments clairs et une explication rationnelle seront très importants dans les semaines à venir. N'hésitez pas à contacter de manière proactive les clients dont vous connaissez les envies de voyager. En tant que secteur du voyage, nous ne devons certainement pas baisser les bras aujourd'hui : les voyages sont sûrs, les voyages sont possibles, le monde s'ouvre de plus en plus chaque jour. Ce sont des faits. Ceux qui voyagent avec le secteur du voyage organisé voyagent en toute sécurité. C'est un fait. Et en amour comme à la guerre, tous les moyens sont bons. Alors pourquoi ne pas utiliser l'argument selon lequel aujourd’hui, il est visiblement préférable d'être hors de Belgique que d’y rester ? Cela semble fou, mais le monde est fou. Cette vague ne doit pas nous submerger. Nous en sommes presque sortis, Hell Yes !

29-10-21 - par Jan Peeters