Big Money, Big Data, Big Brand

Ritz-Carlton prend la mer

Les parallèles entre l’industrie du voyage et le secteur des croisières sont nombreux : dans le deux cas, on parle d’hospitalité, de service et surtout d’un important département Food & Beverage. Il n’est donc pas étonnant en soi qu’une marque d’hôtel fasse son entrée dans le monde des croisières. Il est plutôt étonnant que qu’elle ait attendu aussi longtemps pour franchir le cap.

Big Brand
The Ritz-Carlton Yacht Collection est le nom de la nouvelle division du groupe hôtelier de luxe. Trois navires sont au planning : un en 2019 et les suivants en 2021 et 2022. Il s’agit de navires sensiblement plus petits que la moyenne destinés à transporter plutôt des centaines de passagers que des milliers. Ils disposeront de suites et de toutes les facilités – noblesse oblige – qui se doivent de refléter le niveau de qualité Ritz-Carlton. Il est clair que l’objectif est de jouer sur la ‘‘Big Brand’’ Ritz-Carlton dans l’industrie du luxe et que l’expérience des valeurs de la marque se retrouve pleinement à bord.

Big Data
Une autre raison de faire son entrée à ce moment précis dans le marché des croisières : il ressort des données clients Ritz Carlton que plus de 400.000 d’entre eux ont effectué une croisière dans le courant de l’année 2016. Cela montre une nouvelle fois l’importance de collecter des données et d’en analyser les informations pertinentes au sein de l’industrie du voyage. Avec 400.000 passagers en un an, vous pouvez facilement estimer qu’il doit y avoir plus d’1 million de croisiéristes dans le fichier client du groupe hôtelier. Un riche potentiel dont Ritz Carlton peut s’occuper lui-même.  

Big Money
D’où cette question posée au début de cet article : pourquoi pas plus tôt ? D’après les déclarations du fraîchement nommé Managing Director The Ritz Carlton Yacht Collection, il ressort que le groupe avait depuis longtemps l’industrie des croisières dans le collimateur, mais qu’une entrée avec ses propres navires dans ce marché n’était pas évident. ‘’C’est un business compliqué pour y entrer. Les obstacles sont élevés pour les nouveaux arrivants, entre autres au plan financier.’’ En d’autres termes : il y a une grande différence entre les besoins de capital et les possibilités de financement d’un hôtel par rapport à un navire de croisière. Il n‘est donc pas sûr que Ritz Carlton ait directement investi ou s’il s’agit finalement d’investisseurs extérieurs.

La suite ?  
Quoi qu’il en soit, c’est une évolution intéressante qui sera suivie de près, aussi bien par le secteur hôtelier que celui des croisières. En effet, jusqu’à présent, c’étaient les compagnies elles-mêmes qui transformaient le nom de l’entreprise en une marque à part entière. Il y a ici peut-être des opportunités pour les compagnies de créer des joint-ventures avec des groupes hôteliers pour certains navires. Verrons-nous bientôt la formule de franchise et de management émerger dans le secteur des croisières ?

25-06-17 - par Jan Peeters