Ryanair dans BTN4U

Thomas Cook Eté 2017

La nouvelle est tombée presque à la fin e la présentation Thomas Cook Eté 2017 et je me suis assis au bord de ma chaise pour mieux entendre : dans le cadre de l’offre citytrips, une partie de l’offre de vols de Ryanair pourra être réservée via Thomas Cook et même via BTN4U. Les réactions à cette nouvelle ont été disons… modérées. Bien que selon moi ce soit une étape stratégique à ne pas sous-estimer, aussi bien pour Ryanair que pour Thomas Cook. Le premiers pas prudent effectué l’été dernier est désormais un fondement structurel.

(Please, Thomas Cook marketing departement: hold your horses. Je sais que l’avion TC de la photo de l’article date de la période du précédent logo. Anciennes couleurs. Mais l’occasion était trop belle de mettre les deux appareils sur un visuel. Ce n’est que pour une fois, OK ?)

Elle avait déjà été annoncée fin juillet 2016, mais la nouvelle était restée hors des radars dans la presse estivale : à partir du 1er septembre, Thomas Cook allait proposer des vols Ryanair sur des destinations citytrips ‘’vers lesquelles d’autres compagnies ne volent pas à partir de la Belgique’’. L’annonce était un peu prématurée, c’est pourquoi le porte-parole Koen van de Bosch était resté vague à ce propos : ‘’Cela va encore exiger toute une organisation pour que tout soit pleinement opérationnel’’. A partir de septembre, c’est fait : les vols Ryanair ne peuvent pas seulement être réservés via Thomas Cook, mais aussi via le système BTN4U. Voici l’offre provisoire : MIL, BER, BCN, LIS, OPO, MAD, VLC. Une extension des départs via des aéroports régionaux a également été annoncée. Cela va être intéressant à suivre d’autant plus que Thomas Cook travaille sur une offre groupée Pays-Bas-Belgique-Allemagne : ces pays seront-ils aussi repris dans cette initiative dans un avenir proche ?

Petit retour aux environs de 2006. Nous citons une des nombreuses déclarations du CEO de Ryanair Michael O’Leary : “Screw the travel agents. Take the ******* out and shoot them. They are a waste of bloody time. What have they done for passengers over the years?”

C’était l’époque où chaque conférence de presse d’O’Leary contenait au moins une insulte, une prise de bec ou une attaque vis-à-vis de l’industrie du voyage classique. Les clients qui ne suivaient pas les règles de Ryanair étaient des idiots et les CEO des autres compagnies aériennes étaient ‘’une bande de losers qui enfants rêvaient d’une carrière de pilote, mais qui avaient échoué’’. L’arrivée de Kenny Jacobs comme Chief Marketing Officer a changé la donne et ceux qui volent aujourd’hui avec Ryanair bénéficient d’un service client beaucoup plus attentionné qu’auparavant. Une gigantesque étape stratégique.

L’approche distribution a également évolué à un rythme élevé : l’entreprise a estimé que l’omnichannel était aussi pour elle un choix nécessaire, principalement pour pouvoir continuer à soutenir une croissance agressive. La distribution de l’industrie du voyage a de son côté compris que ‘’if you cannot beat them join them’’ était aussi dans ce cas un principe judicieux.

La confirmation de Thomas Cook d’utiliser Ryanair comme moyen de transport dans le programme citytrips est donc un fait important, indépendamment du volume qui sera généré. Cela signifie que Ryanair – et par extension l’ensemble de la gamme de vols low cost – est accessible pour l’industrie du voyage.

Pour de nombreux agents de voyages belges et néerlandais, ce n’est pas nouveau, je sais : les vols low cost sont depuis des années inclus dans des forfaits pour être proposés à un prix global au consommateur.

Cependant l’étape effectuée par un grand TO orienté forfait vacances d’offrir des vols Ryanair est d’un autre ordre. Si vous théorisez cette décision stratégique, vous allez voir qu’elle offre une alternative pour le consommateur qui s’organise seul : des millions de néerlandais et de belges sont en effet des ‘’faiseurs de vacances’’ avec comme outils principaux les sites de réservation des compagnies low cost et booking.com ou Airbnb, compétés avec Tripadvisor ou Zoover.

Une petite phrase de la présentation produit de Thomas Cook est dans ce contexte importante : ‘’La responsabilité des vols Ryanair incombe à Thomas Cook ». Et on va même plus loin : ‘’Par exemple, en cas d’annulation d’un vol, nous allons chercher des alternatives possibles‘’. C’est un élément qui n’a pas été suffisamment souligné : de cette façon, l’énorme offre de vols low cost s’étend avec la protection du consommateur de l’industrie du voyage.

Il s’agit -provisoirement ?- d’une offre limitée. Et ce n’est vraiment pas -encore ?- une rupture. Mais c’est une étape importante dans l’évolution future du paysage global du voyage et de la distribution. Tout le monde se cherche, tout le monde en vient à l’idée que les partenariats sont meilleurs que les hostilités. Et pour conclure de façon un peu bébête : ‘’There is more than unites us than divides us’’. Et ceci est valable pour chaque partie de l’industrie du voyage, ‘’all creatures great and small’’.

 

07-12-16 - par Jan Peeters