Secteur du Voyage Avertissement

Deux vitesses?

C’est devenu clair pour moi lors de la conférence Phocuswright Europe : il existe une différence croissante entre l’industrie du voyage ‘’classique’’ et l’industrie du voyage de la ‘’deuxième décennie’’. Et cette différence augmente à toute vitesse. La cause ? Un autre point de vue, d’autres priorités et d’autres normes d’investissement.

Il était écrit que la présence de Gilles Depas, Thomas Cook Chief Marketing & Digital Officer, sur le podium de la conférence Phocuwright Europe consacrée à la technologie et à l’innovation serait étrangement ressentie par tout le monde, également par l’interviewer Simon Lehmann. Pas autant pour Gilles lui-même qui dans une autre vie avait été CEO d’Holidaycheck, le site de voyage le plus visité dans les pays de langue allemande. Il connaît le monde online et il a expliqué comment un tour opérateur traditionnel comme Thomas Cook avait opéré une manœuvre de dépassement pour ‘’coupler l’offre supérieure de produits d’un TO à la flexibilité d’un OTA.’’

 

Des acteurs en zone de turbulences ?

Il est cependant apparu clairement lors de l’interview de Gilles – et avec lui de nombreux autres acteurs traditionnels de l’industrie du voyage – que l’on se trouvait devant un dilemme. Un exemple : d’un côté, la plupart des tour-opérateurs – avec un dégoût croissant – s’en tiennent aux guides papier et d’un autre côté, ils sont obligés de faire d’énormes investissements technologiques pour assurer une présence en ligne pertinente. TUI a annoncé l’année passée l’arrêt en 2020 de la production de brochures papier : nous sommes aujourd’hui en 2017. Cela m’étonnerait.

Deux vitesses

Il semble que la situation va continuer sa progression. Plus fort encore : se développe aujourd’hui une industrie du voyage à deux vitesses. D’une part, un monde traditionnel avec une grande partie des TO, des compagnies aériennes, des chaînes d’hôtels et des agences de voyages locales. D’autre part, un écosystème tout autre de purs acteurs en ligne, qui investissent des montants inconnus en personnalisation, en intelligence artificielle, en social messaging et dans l’usage correct et efficace des data.

Des exemples de cette seconde catégorie sont évidemment Booking.com, Trivago, HotelTonight et Airbnb. Mais aussi des acteurs comme Cartrawler, CitizenM, Travelbird et Sunweb. Euram également en tant que plus petit acteur. Ce sont des entreprises qui ont choisi de penser et de travaille de façon radicalement différente et qui ont pu effectuer les investissements nécessaires pour y arriver. Ces entreprises ont également un autre point en commun : elles ont atteint leur phase de maturité et le volume de chiffre d’affaires critique pour pouvoir financer leur croissance.

 

Avis de tempête ! Que va décider le capitaine ? 

Lors de conférences comme Phocuswright Europe, il est devenu clair que les évolutions technologiques dans le secteur du voyage vont continuer. La grande question est la suivante : qu’allez-vous faire quand la tempête va effectivement se déclencher ? Vous allez vous abriter dans un port sûr ou vous allez essayer, porté par ce vent exceptionnel, d’aller plus vite que les autres ? Une question à laquelle doit pouvoir répondre chaque capitaine de chaque navire, tenant compte de la qualité du navire et de l’équipage. Ainsi que du cap choisi, évidemment.

30-05-17 - par Jan Peeters