Travelopia: et maintenant?

Niche globale

Connaissez-vous un tour-opérateur qui a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 1,17 milliard d’euros avec un portefeuille de plus de 50 marques de niche hautement spécialisées ? Travelopia est probablement le plus important tour-opérateur de niche au monde. L’entreprise a récemment été rachetée pour 381 millions d’euros par Kohlberg Kravis Roberts & Co L.P. (KKR), une société qui gère des investissements pesant près de 130 milliards de dollars dans le monde. La grande question qui se pose : et maintenant, Travelopia ?

En tant que professionnel de l’industrie du voyage, vous connaissez sans aucun doute les marques suivantes : Sunsail, The Moorings, Citalia et évidemment aussi Sawadee. Mais connaissez-vous les noms de Fanatics, Jumpstreet, Headwater ou World Challenge ? Toutes ces entreprises font partie de Travelopia. Elles appartenaient auparavant à TUI.

La vente de Travelopia a été annoncée en mai 2016 et s’est concrétisée il y a un mois et demi. Depuis, c’est le silence radio autour de Travelopia et la plupart des managers des entreprises individuelles n’ont délivré qu’un seul message : business as usual, rien ne change finalement.

Ce n’est pas étonnant : toutes les marques Travelopia faisaient partie de la Specialist Division de TUI. Cette division était gérée séparément et il n’était pas trop question d’une quelconque synergie ou d’influence du groupe. C’est justement parce qu’il y avait peu d’avantages de synergie que TUI a décidé de vendre l’ensemble de la division l’année dernière.

Plus de 50 marques de voyages, la plupart avec un management séparé et souvent une stratégie bien arrêtée, sont aujourd’hui la propriété d’une entreprise qui va vouloir placer l’argent de ses investisseurs d’une manière aussi rentable que possible. Les nouveaux propriétaires de Travelopia ont aussi déjà investi par le passé dans Portaventura, la ‘’Destination Resort’ de la Costa Daurada à 100 km au sud de Barcelone.

 

Ils ont investi 50 millions d’euros en 2015 dans GetYourGuide, une plateforme en ligne à forte croissance dans le domaine des circuits et des activités.

 

KKR a également acheté Apple Leisure, une entreprise comprenant le tour-opérateur Travel Impressions et la chaîne d’hôtels de luxe Amresorts. Ce n’est donc pas un novice dans l’industrie du tourisme.

L’achat de Travelopia a aussi été motivé par quelques importantes constatations des spécialistes de KKR : le fait que le consommateur opte toujours davantage pour les expériences plutôt que pour la ‘’possession’’ et la mobilité croissante des voyageurs plus âgés. En d’autres termes : ce sont plus que des tendances, ce sont les piliers de solides business models.

Soyons clairs, KKR n’a pas racheté Travelopia pour la rentabilité de cette combinaison d’entreprises. Un bénéfice de 50 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de 1,17 milliard, cela revient à 4%. Selon les normes de tour operating, c’est un bon résultat, mais dans d’autres secteurs cela prête à rire. La décision s’inscrit clairement dans la vision de la société qui est d’investir dans l’industrie du voyage et de considérer le secteur comme ayant un énorme potentiel de croissance.

La réponse à la question ‘’et maintenant, Travelopia ?’’ : les actuelles connaissances des produits et les compétences qui sont largement présentes dans chaque entreprise séparément vont être valorisées par le savoir-faire technologique et la dimension mondiale de Travelopia.

Le deal Travelopia est une fois encore la preuve que le secteur du voyage est bien plus vaste et compte bien plus d’acteurs intéressés que jamais. Le grand capital est activement à la recherche d’un mix de savoir-faire et de produits attractifs à commercialiser. Il y donc de l’avenir pour les acteurs de niche rentables qui sont prêts en échange de solides investissements à renoncer au contrôle direct de leur entreprise et à se lancer à l’international (soit ici, au niveau mondial).

Une remarque pour conclure : peut-être que les grands acteurs de la distribution devraient aussi suivre de près l’offre de Travelopia et vérifier si ces marques présentent un intérêt pour conclure des partenariats dans le cadre d’une approche omni-canal sur certains marchés. Le CEO de Travelopia s’appelle Will Waggott. Il vient juste de rentrer de vacances à la montagne. Il compte des années d’expérience chez TUI et il est particulièrement brillant en affaires. Ceci dit en passant.

 

21-03-17 - par Jan Peeters