Trois Priorités pour l'Industrie du Voyage

à court terme

Bien sûr, nous tous, dans le secteur des voyages, n'avons aujourd'hui qu'une seule priorité : garder la tête hors de l'eau, et avoir un flux de revenus plus ou moins stable à court terme. Il semble également que l'exercise budgettaire pour 2021 devrait être assez prudente - si vous prenez en compte plus de 50 % du chiffre d'affaires "normal" avant la période de pandémie, vous vous comptez probablement riche.

Vous pouvez donc imaginer une liste infinie de priorités de nos jours, allant des "need to have" aux "nice to have". Après un rapide brainstorming et une brève enquête, l'équipe de Travel360° a défini trois priorités absolues, dont le secteur a besoin le plus rapidement possible.

Pour mémoire : il s'agit de priorités structurelles. Bien sûr, il faut qu'in puisse compter sur les mesures de transition et de protection existantes,   ainsi qu'un fonds d'urgence. Mais nous avons déjà accordé beaucoup d'attention à ce sujet dans ces colonnes - et nos associations professionnelles ont déjà obtenu beaucoup. Cela vaut également la peine d'être mentionné.

Nous voyons trois priorités structurelles : un conseil de voyage européen coordonné, des marges plus élevées et une modification de la directive européenne sur les voyages à forfait.

 

Conseils de voyage européens coordonnés


Pendant la crise de la couronne, il est apparu plus que jamais que les conseils aux voyageurs des différents pays européens vont dans tous les sens. Chaque pays décide, et il est arrivé que des cantons suisses passent de l'orange au rouge et reviennent au vert en quelques jours, avec tout le chaos que cela a entraîné pour les voyageurs au départ, au séjour et au retour. Dans le même temps, les pays sont fermés à une nationalité, alors qu'un autre pays peut continuer à envoyer des avions avec des touristes sans problème.

Cela doit se faire différemment, avec des conseils clairs et coordonnés de manière professionnelle au niveau européen.

 

Des marges plus élevées


Nous avons un passé de faibles marges bénéficiaires dans l'industrie du voyage, en particulier pour les voyages à forfait. Ces marges signifient que nous travaillons depuis des décennies dans un business, où chaque événement inattendu peut conduire à une année moins bonne, et où on a tendance d'hésiter avant chaque investissement supplémentaire.

Les nombreux rapatriements, relocalisations et annulations durant cette crise corona ont montré clairement que dans cette période exceptionnelle, beaucoup de travail a été effectué gratuitement, et donc de facto à perte.

Dans un monde de plus en plus incertain, avec le risque de résurgence des épidémies, des conditions climatiques exceptionnelles inattendues et une instabilité politique croissante, nous devrons faire face à un volume de travail de plus en plus imprévu. Pour financer cela, des marges plus élevées sur les voyages réservés sont une nécessité. Un rendement net de trois à six pour cent n'est pas viable.

 

Modification de la directive européenne sur les voyages à forfait


Beaucoup a déjà été dit sur ce dragon de la directive européenne sur les voyages à forfait, dans laquelle la protection des consommateurs est centrale. La directive existante est un ensemble poussé par les organisations de consommateurs, dans lequel toute la responsabilité,  est placée sur le secteur des voyages professionnels. Ce n'est plus tenable.

Le secteur des voyages a prouvé par le passé que nous pouvons gérer la protection des consommateurs de manière très raisonnable et responsable. Après tout, les fonds de garantie et les comités de litiges sont des initiatives sectorielles dans lesquelles nous avons réussi à dépasser la concurrence quotidienne. Le fait qu'il soit devenu un USP important pour l'industrie du voyage organisé est la preuve qu'il s'agit de situations "gagnant-gagnant". On ne peut pas dire cela aujourd'hui à propos de la directive européenne sur les voyages à forfait.

 

Je le sais : il y a beaucoup plus de travail sur l'étagère que ces trois priorités. Mais si nous parvenons à clarifier et à améliorer ces points, nous serons en bien meilleure position lorsque le marché reprendra.Hell yes!

13-08-20 - par Jan Peeters