Rumeurs et infos

TUI France

TUI tient sa ligne de communication fermement sous contrôle. La hiérarchie concernant la communication externe est claire : le n°1 absolu Fritz Joussen est le seul à parler de stratégie et le seul également à donner un aperçu du planning des prochaines étapes à franchir. Les autres dirigeants, au niveau du groupe ou dans les différents pays, parlent uniquement de leur propre business et doivent se référer au groupe sur de nombreux sujets, souvent sous le prétexte  ‘’d’informations boursières sensibles’’.

Pour les nouvelles stratégiques, une seule règle, la règle FF : Follow Fritz

Résultat, c’est calme la plupart du temps au sein de TUI. Si vous voulez suivre la ligne de l’entreprise sur le long terme, aussi aux Pays-Bas et en Belgique, et découvrir les projets d’avenir, vous devez prendre en compte ce que dit Fritz Joussen dans ses interviews et surtout dans ses présentations aux analystes.

Ces derniers temps, le Big Boss n’évoque plus jamais TUI France. Cela ne signifie pas pour lui qu’il faut faire une croix sur la France. La raison principale est que parler aujourd’hui de la France est pure spéculation en regard des événements et surtout contre-productif. Car cela part vraiment dans tous les sens actuellement à Paris.

Une solution intermédiaire en préparation ?

Il semble toujours plus évident que TUI cherche une solution intermédiaire pour la France : pas de sortie totale, mais pas non plus la continuation de la situation actuelle. On est à la recherche de partenaires locaux et internationaux pour sortir de l’impasse. Plusieurs pistes seraient envisagées. Une fait beaucoup de bruit en France pour le moment : une importante participation éventuelle de Marietton Développement, l’entreprise du flamboyant homme d’affaires Laurent Abitbol, dans TUI France.

Cela paraît la solution la plus concrète possible, mais c’est motus et bouche cousue chez TUI. Logique, car chaque confirmation de la concrétisation d’une piste éventuelle n’entraînerait que davantage de spéculations et d’inquiétude sociale.

Cependant, les moulins à rumeurs tournent à plein régime. On évoque un actionnariat 45-45-10 : 45% Marietton, 45% TUI et 10% pour le personnel de TUI France.

Hans parle (avant son tour ?) en octobre 2019

C’est une déclaration du PDG Hans Van de Velvde en octobre 2019 qui a déclenché une tempête de rumeurs qui ne s’est toujours pas apaisée aujourd’hui : ‘’Au cours des 10 dernières années, nous avons essayé beaucoup de choses comme la reprise de Transat France, Nouvelles Frontières et Passion des Îles. Mais cela n’a pas été suffisant. Et nous ne pouvons pas toujours nous appuyer sur le groupe TUI. Ce n’est pas bon pour nous ou pour le marché touristique en France. Aussi longtemps que nous ne gagnons pas d’argent, nous avons un problème’’.

Et dans le même mois, Van de Velde a enchaîné : ‘’Nous parlons avec différentes entreprises françaises et internationales afin d’envisager des partenariats stratégiques. Nous sommes ouverts à toutes les solutions pour rendre le marché français plus sain’’.

Ces deux déclarations ont été faites après le crash de Thomas Cook. Depuis, il est clair que ce fait n’a pas entraîné d’amélioration drastique de la position de TUI France…

Peut-être que Hans Van de Velde a été un peu trop bavard en octobre dernier. Le PDG de TUI France n’a pas dévoilé toutes ses cartes, mais il est clair que la partie est déjà engagée.

FF

Quoi qu’il en soit : il faut attendre les déclarations du Big Boss de TUI Fritz Joussen pour savoir vers quoi on se dirige réellement en France. Et Fritz est trop intelligent et expérimenté pour se mêler au débat avant que le résultat ne soit acquis à 100%. Let’s Follow Fritz.

03-02-20 - par Jan Peeters