Les Vacances des Belges et l'ABTO

Les Bons Arguments!

Nous sommes au-delà de la mi-août : sans tenir compte des dernières réservations de septembre, la saison d’été a été plus que satisfaisante. Chaque mois, et certainement chaque saison, l’ABTO Travel Trends Report prend de la valeur. En effet, plus votre historique devient important, mieux vous pouvez effectuer de comparaisons, déterminer l’influence des circonstances et estimer les tendances marquantes dans le comportement de réservation. Nous allons mettre l’accent sur un sous-rapport ‘’L’été 2019 en bref’’ accompagné d’une analyse et d’une réflexion de Travel360°.  

Les réservations pour la haute saison : Go Away in May, Come Back in November

Les réservations pour la haute saison sont reprises dans ce graphique pour les voyages entre juin et septembre inclus. Ce sont donc les réservations pour les vacances d’été classiques des Belges.

Il est à noter que les réservations ont été faites tôt pour ces dates de voyage : de novembre à fin janvier avec une petite érosion en février, la haute saison était jouée. Cela entre en contradiction avec la tendance qui veut que l’on réserve très près de la date du voyage, mais cela mérite une certaine nuance.

Les personnes qui réservent pour la haute saison sont, plus que les autres voyageurs, dépendants de facteurs externes contraignants et non négociables : il s’agit du planning des vacances sur le lieu de travail (dont les partenaires doivent la plupart du temps tenir compte avec différents employeurs), il s’agit des enfants en âge de scolarité et il s’agit de la probabilité d’avoir du beau temps. Cela explique le choix de ce top 5.

Si vous devez ou si vous voulez tenir compte de ces trois composantes, cela limite votre flexibilité et vos possibilités de choix. Ces voyageurs ont en effet moins de choix qu’ils ne pensent, car vu la popularité des 5 pays de vacances, les préférences du consommateur peuvent entraîner une pénurie potentielle en théorie.

Les destinations pour la haute saison : concurrence frontale avec tous les canaux DIY possibles.

60% des vacanciers de la haute saison font leur choix parmi 5 grands classiques : la France en N°1 incontesté (24%), l’Espagne en deuxième position, La Belgique (10%), l’italie en croissance régulière avec 9% et les Pays-Bas (6%).

Une analyse à chaud. Pour environ la moitié des vacanciers de la haute saison, les paramètres bruts suivants sont d’application : pas plus de 1.200 km en voiture, pas plus de 3,5 h de vol et tabler sur une météo raisonnable voire bonne dans notre propre pays ou chez nos voisins du nord.

Cela signifie évidemment également que tous les outils et les canaux Do It Yourself (DIY) et Book It Yourself (BIY) soient ouverts. Vu que l’étude de l’ABTO (en collaboration avec Gfk) est une enquête consommateur non biaisée, les pourcentages permettent de déterminer une ‘’période de lutte’’ : pour les réservations pour la haute saison, tout le monde concurrence tout le monde. C’est aussi comme cela toute l’année, mais étant donné les facilités d’accès, les barrières minimes de la langue et la maturité des pays eux-mêmes en termes d’hébergements, d’infrastructure et de mobilité, ce sont réellement des ‘’zones de combat’’.

Une famille moyenne

Une famille avec deux enfants dispose de toutes les options : toutes les possibilités sont ouvertes au sein de l’industrie du voyage organisé et elle bénéficie également de tous les services possibles, d’une tranquillité d’esprit et d’une protection garantie.

Cette même famille peut également sans problème réserver ses vacances dans ces 5 pays en combinant un vol, leur propre voiture ou une voiture de location, ou un autocar avec les différentes possibilités de Booking.com, d’Airbnb ou d’un autre acteur. Avec des avantages à la clé : flexibilité (vous pouvez facilement annuler de nombreux hébergements au dernier moment) et le plaisir d’avoir le contrôle de vos propres vacances. La notion de prix avantageux est relative, mais le sentiment de ‘’hé hé, j’ai tout réglé tout seul’’ est valorisant.  

Autres choix, autres arguments

Voilà donc le défi de chaque professionnel de l’industrie du voyage organisé : avoir et conserver une part de gâteau de ces ‘’top destinations haute saison’’. Il est important de déployer toute la gamme des bons arguments. Une grande partie des vacanciers adeptes de ces vacances proches ou court courrier ont déjà fait leur choix de base : la destination, le type de séjour, le budget. Tout est déjà fixé grosso modo. S’ils entrent en contact avec un conseiller de voyages (encore une fois il s’agit de la haute saison et de ‘’pretty’’ consommateurs mainstream), il va falloir absolument faire intervenir les 3 arguments incontournables que ce sont le service, la tranquillité d’esprit et la protection. Il y a moyen de gagner des parts de marché avec ces 3 arguments. S’ils sont avancés clairement, avec force et conviction bien évidemment.      

L’ABTO Travel Trends Report peut être utilisé de différentes façons et gagne chaque mois en pertinence. C’est aussi et surtout un instrument pour les membres de l’ABTO. Mais vous pouvez lors d’une journée d’été les examiner pour en sortir l’une ou l’autre réflexion. Comme celle-ci.

 

19-08-19 - par Jan Peeters