VIDÉO: VVR & UPAV

One Industry, One Voice

Nous sommes fin avril, et les effets corona sur l'industrie du voyage ont évolué ces derniers mois, passant de graves à potentiellement dramatiques. Aujourd'hui, presque tout le monde attend avec impatience un éventuel début fragmenté de la haute saison, mais rien n'est sûr. Au milieu de cette crise sans précédent, les associations professionnelles de l'industrie du voyage en Europe travaillent d'arrache-pied. Et soudain, avec l'introduction rapide du bon d'achat Corona, l'industrie belge du voyage a fait partie des pionniers.

One Industry. One Voice.

C'est le résultat du travail acharné des différentes associations professionnelles. Soudain, tout le monde a travaillé ensemble et l'industrie belge du voyage a pu parler d'une seule voix aux différents niveaux politiques.

Il y a, comme toujours, beaucoup de critiques. Bon. Mais personne ne peut nier que la VVR et l'UPAV ont joué un rôle de pionnier dans l'application de mesures politiques, ce qui a permis à beaucoup d'entre nous d'absorber le choc initial plus ou moins raisonnablement. Au sein de ces deux associations, leurs représentants de première ligne ont travaillé dur ces dernières semaines, le plus souvent en coulisses, mais en contact direct avec les dirigeants politiques du pays.

Intervenir au plus haut niveau

Au début de cette crise liée au corona, les différentes associations professionnelles (ABTO, FBAA, Vlara, VVR, UPAV) ont compris qu'elles devaient intervenir immédiatement au plus haut niveau politique afin que le secteur des voyages  puisse lui aussi compter sur des mesures rapides. Une idée de "voucher" a vu le jour en Italie, et une version Belge a été présentée pour approbation aux différents cabinets ministériels responsables.

It’s Complicated

La Belgique est un pays compliqué, avec pas moins de six gouvernements. Cela signifie que, par rapport à d'autres pays, des accords ont dû être conclus avec différents cabinets. Il était clair dès le départ qu'il était vital que le même message, les mêmes arguments et les mêmes chiffres soient mis sur la table partout.

Une équipe, deux soldats de front

Dès lors, Anne-Sophie Snyers (UPAV) et Koen van den Bosch (VVR) ont pris position au front, avec leurs collègues. Mais il faut le dire : c'est l'effort continu de ces deux professionnels qui a fait naître les premières propositions, et qui continue à faire en sorte que la voix du secteur du voyage sortant soit écoutée à tous les niveaux. Honneur à qui l'honneur est dû.

Live on Tape: The Interview

Nous les avons invités à se rendre dans les forêts autour de Louvain et avons pris toutes les précautions concernant le coronavirus. Dans une interview de 40 minutes avec Anne-Sophie et Koen, nous avons fait le bilan de ces premières semaines, nous avons eu un aperçu des discussions avec les différents niveaux de gouvernement et nous leur avons demandé de décrire les principaux chantiers sur lesquels ils travaillent aujourd'hui. Nous avons ensuite échangé nos points de vue sur le "travel post corona" : à quoi ressemblera l'industrie du voyage après avoir digéré tout cela ?

C'est devenu une conversation fascinante, au cours de laquelle nous - this is Belgium - sommes constamment passés du français au néerlandais.

Nous sommes vendredi. Prenez votre temps pour cette conversation. Un conseil : mettez l'image en "plein écran" et tournez le bouton de volume de votre ordinateur, smartphone ou tablette le plus haut possible. C'est une conversation intense. Nous y reviendrons dans divers articles dans les jours et les semaines à venir, but this is the real thing. Enjoy. 

24-04-20 - par Jan Peeters