Risque et Certitude

Extraits du WTM

La dernière édition du World Travel Market à Londres nous a paru assez étrange. Thomas Cook a bien entendu monopolisé les conversations sur les stands et dans les allées. Mais dans le même temps, il régnait une atmosphère de ‘’business as usual’’… avec une touche d’incertitude. Un fait marquant : les sessions d’inspiration et les présentations des tendances du moment ont attiré un peu moins de professionnels que l’année dernière. De nombreux participants l’admettaient : ‘’nous ne savons plus très bien où nous en sommes’’. Nos impressions.  

Colère contre le Brexit

Lors d’une table ronde, les personnes présentes étaient d’accord sur un point : un Brexit sans accord serait une mauvaise nouvelle pour le secteur. Les représentants d’Euromonitor l’ont même chiffré : un Brexit ‘’crash out’’ signifierait pour l’industrie du voyage britannique plus de 10 millions de voyageurs sortants en moins. C’est une diminution en volume comparable à la crise de 2008/2009. Et pendant ce temps les politiciens n’en font qu’à leur tête. Ils n’ont pas besoin de crise pour ça apparemment. La colère était palpable au WTM. Brexit, wait and see.

Résilience du volume

Les principaux acteurs s’attendent à se tailler la part du lion de l’ex-Thomas Cook. TUI et Jet2Holidays, notamment, prévoient une forte augmentation de leur capacité en Grande-Bretagne. easyjet Holidays voit également de belles opportunités de percer comme organisateur et vendeur de vacances. Nous sommes face à une combinaison de certitude et de risque : la certitude que le client classique adepte du forfait vacances soit à la recherche d’alternatives comparables et le risque d’une augmentation de la capacité dans un climat économique instable. Quand on est tour-opérateur, on n’a jamais le temps de s’ennuyer...

Confirmation de destinations

Différentes destinations s’empressent de confirmer que la disparition de Thomas Cook aura un impact minime. L’Egypte a fait deux annonces importantes en ce sens pour le souligner. D’une part, l’Egypte a enregistré les plus hauts revenus touristiques jamais atteints, d’autre part le gouvernement britannique a donné son autorisation officielle pour que des vols reprennent vers Sharm el-Sheikh après 4 années de restriction. La Grèce estime que la destination est bien plus importante que l’organisateur et parle aussi d’un impact minime et à court terme de l’effet Thomas Cook.

Confiance des compagnies aériennes

Les compagnies soulignent également leur confiance dans l’avenir malgré le grand nombre de faillites cette année. Autre fait marquant : différents CEO se sont sentis obligés de rappeler à plusieurs reprises que ‘’les gens continueront à voler’’. Cela peut quand même paraître suspect de se donner ainsi du courage à soi-même…

WTM chaleureux

Le WTM est cependant toujours une réunion bigarrée de stands actifs et hauts en couleurs et de professionnels de l’industrie du voyage tout aussi actifs et hauts en couleurs. C’est un salon très animé et c’est un plaisir de s’y balader, de rencontrer d’anciennes et de nouvelles connaissances et de discuter de ce qui fait le cœur de ce business : les destinations, les hôtels, les activités et le transport. Cela donne une image unique de l’industrie gigantesque dans laquelle nous travaillons.

Insécurité marquée

L’édition 2019 est toutefois différente des autres années. Une combinaison d’événement non-prévisibles, de malaise politique et d’incertitude économique plombe le moral. Mais la cause de ce moral en berne n’est pas un problème ou un obstacle identifiable. L’industrie du tourisme a derrière elle une longue histoire de coups encaissés et elle a su rester debout en faisant preuve de résilience et de flexibilité. Nous allons cette fois encore relever les différents défis qui se présentent. Mais j’ai ressenti plus que jamais cette année au WTM qu’une forte incertitude s’est insinuée dans les rangs.

Les certitudes ont été ébranlées, les risques sont aussi nombreux que difficiles à estimer.  Mais comme toujours : when the going gets tough, the tough get going. Et maintenant cap sur l’été 2020 !

 

05-11-19 - par Jan Peeters