À propos de la grève, et à propos d’entreprises et d’employés véritablement axés sur le client

C’est pendant les moments de vérité que vous voyez la différence entre les entreprises qui mettent le client au centre et les firmes qui vendent tout simplement des produits – ou des services – à un plus grand nombre d’acheteurs possibles. Le vrai secteur du tourisme n’a qu’un seul objectif, même pendant les moments les plus difficiles et les plus osés: le client et son voyage, le client et ses vacances. Maintenant à nouveau, le jour où beaucoup pensaient qu'ils "devaient paralyser le pays."

Parmi les grévistes du 15/12, il y avait sans aucun doute beaucoup de gens, qui pour des raisons bien réfléchies et des motivations claires, ont cessé leur travail. Il y avait sans aucun doute parmi ces personnes de nombreux suivistes, accompagnés par des gens qui ont apprécié un jour de congé supplémentaire. La troisième catégorie est une bande cherchant le conflit, des imbéciles enragés. Ces derniers remplissent bien-sûr les médias. Ceux qu’on ne voit pas dans la presse, sont des millions de travailleurs et d’indépendants qui n’ont pas fait la grève.

Beaucoup de politiciens essaient de s’accrocher à une image trop simple et simplifiée: les grévistes sont contre les mesures d’austérité et la baisse des salaires, et les non-grévistes soutiendraient entièrement la politique gouvernementale. Quod non. Il y a au moins une troisième catégorie: les indépendants et les employés qui ne laisseront jamais tomber leur société et surtout leurs clients. Cette catégorie de personnes croient aux valeurs telles que l'éthique de travail et la loyauté. Ces personnes ne laisseront jamais tomber leurs clients, même s’ils ne sont pas d'accord avec une bonne partie de la politique proposée. Beaucoup de gens de ce calibre travaillant dans l'industrie du voyage, du tourisme et de l'hôtellerie.

De nombreux agents de voyage ont passé de longues heures à aider leurs clients. Des changements de vol ont été faits, des voyages ont été annulés et reportés, des alternatives ont été cherchées et trouvées. Ça s’est passé  chez les agents de voyages et offline et online, d'ailleurs! De nombreux employés de compagnies aériennes ont fait des efforts similaires. Les équipages ont été tenus en stand by jusqu’au dernier moment, ou ont dû partir précipitamment d'un autre aéroport.

Les tour-opérateurs ont appelé au secours afin de s’assurer que les clients puissent maintenir leurs projets de vacances dans les meilleures conditions possibles. Les chiffres de Jetair sont spectaculaires, mais les efforts de beaucoup de leurs collègues n’ont pas été moindres ici. Jetair a réalisé un plan de backup pour 3558 voyageurs, avec les aérodromes de dégagement de Lille, de Maastricht et d'Amsterdam. 33 chambres d'hôtel ont été réservées, 22 équipages ont fait les vols de dégagement. Le résultat le plus important était: aucun vacancier n’a été livré à lui-même.

Si les journaux n’ont pas été au-delà de l'article dans leur rapport sur la journée de la grève nationale, cela signifie qu'ils ont chassé en vain les histoires juteuses. Chers collègues, il n’y avait pas de ce genre d’histoires et ça, c’est grâce à vous tous.

Le secteur du tourisme peut présenter une feuille de route impressionnante, étant donné les évènements de ces dernières années. Nuages de cendres, troubles politiques, maintenant une grève nationale: les clients ne sont jamais abandonnés à leur sort. C’est fâcheux et frustrant que ce bilan positif n’est jamais repris ni décrit.

Chers journalistes de la presse générale: si vous sautez, désireux, la prochaine fois sur le retard d’un avion, ou si vous pensez de nouveau devoir mettre les "vacances ratées" en image, pensez alors aussi à cette succession de prouesses.

17-12-14 - par Travel360°