Booking.com est Agent de Voyage

Plus de TA que de O dans OTA

Décision remarquable de la Cour suprême des Pays-Bas : en réponse à une demande du fonds de pension industriel de l'industrie néerlandaise du voyage, la Cour suprême a jugé que Booking.com agissait en tant qu'agent de voyage.

Pendant plusieurs années, Booking.com s'est contenté de fournir une plateforme de réservation en ligne sur laquelle les clients peuvent consulter l'offre d'hôtels et de maisons de vacances, faire leur choix et réserver eux-mêmes un logement. Le point central de la "défense" de Booking.com a toujours été que la société ne participe pas activement à la conclusion du contrat.

Auparavant, les tribunaux d'Amsterdam avaient suivi Booking.com dans ce raisonnement. La Cour suprême pense clairement différemment.

L'argumentation de la Cour suprême pourrait avoir des conséquences considérables pour de nombreuses entreprises qui se cachent derrière l'affirmation "nous ne sommes rien de plus qu'une plateforme en ligne où se rencontrent acheteurs et vendeurs".

Dans le cas de Booking.com, la Cour suprême part du principe que les activités de Booking.com contribuent à ce que le client et le fournisseur d'hébergement puissent conclure un contrat. Important : ces activités "ne doivent pas nécessairement être complètes" et peuvent également être réalisées par des techniques numériques. Booking.com reçoit également une "récompense" si une transaction est effectuée, et effectue des actions administratives. De cette manière, Booking.com "sert d'intermédiaire" dans la conclusion de contrats dans le domaine du voyage et est donc un agent de voyage.

Bien sûr, Booking.com est un agent de voyage. En effet, outre la possibilité de rechercher l'hébergement - le vol - la location de voiture - l'attraction - le taxi les plus adaptés, les visiteurs du site peuvent également profiter d'offres temporaires et de nombreux clubs de réduction. En outre, Booking.com sélectionne activement les possibilités en fonction des habitudes de voyage connues et, en fonction de votre profil, des listes de lieux "à découvrir absolument" sont publiées.

Le fait que tout cela soit automatisé n'est pas significatif. Une "médiation automatisée" est également une médiation.

Comprenez-moi bien : je ne suis pas membre du " contre-club ", le groupe de professionnels du secteur du voyage qui pensent que des acteurs comme Booking.com ou Airbnb n'ont pas leur place dans le secteur du voyage. Au contraire, nous devrions les accueillir, les attirer dans le secteur du voyage et les considérer comme des concurrents solides et intelligents. Mais ils devraient alors partager les mêmes charges (et les mêmes joies, si elles existent encore) de cette même industrie du voyage. À cet égard, la décision de la Cour suprême va dans la bonne direction.

12-04-21 - par Travel360°