Eté 2014: C’est comme c’est, mais il y a de l’espoir

Une flambée de réservations anticipées, ensuite une longue période de silence. Quelques pics de réservations donnant un peu d’espoir,un petit saut entre et enfin un saut final après l’élimination des Diables Rouges à la Coupe du Monde. C’est en grandes lignes l’histoire des réservations pour les vacances d’été de 2014, pour les membres de l’ABTO. Mais on peut lire entre les lignes: il y a de l’espoir.

Le résultat est tel que les départs en avion se retrouvent à la même hauteur que l’année passée, et que la proportion des membres de l’ABTO diminue dans les segments de vacances en voiture (-8%) et des citytrips (-10%).Dans le segment des vacances en avion la proportion des long- courriers augmente avec un peu plus de 10%. Peut-on tirer des conclusions ? Oui, quelques-unes.

Long-courrier est devenu „la nouvelle Espagne”

Les destinations comme la République Dominicaine, Miami, le Mexique et le Cuba sont plus accessibles que jamais. Le confort lors des voyages a fortement augmenté, les prix sont plus qu’accessibles et l’offre de logement sur place est attrayante et donne de la sécurité, pour le voyageur de classe moyenne aussi. Comme il y a quelques dizaines d’années quand l’industrie du tourisme organisé avait ouvert l’Espagne comme destination, il en va de même pour les destinations de long-courrier.

Conclusion: l’industrie du tourisme organisé  perd alors la part du marché dans les segments „standards”, mais développe l’offre du marché entier. C’est un rôle important, que bien souvent nous devons souligner.

Les réservations de dernière minute sont la nouvelle normalité

Il y a peu de différences entre une personne qui réserve un voyage anticipativement et une personne qui réserve un voyage à la dernière minute. Les deux sont bien informés, et assument qu’ils planifient leurs vacances à des meilleures conditions. Le processus de réservation que le consommateur poursuit est beaucoup plus important que le moment de la réservation.  Quels “points de contact” rencontre-t-il, et lesquels de ces “points de contact” sont-ils relevants?

Conclusion: l’industrie du voyage organisé doit jouer un rôle important dans le creux entre deux pics de réservations. Dans les mois de février- mars – avril – mai le consommateur cherche beaucoup , tandis que l’industrie du voyage organisé adopte une attitude prudente.

N’oubliez jamais vos destinations classiques !

L’Espagne, la Turquie et la Grèce : les valeurs fixes marquent un but. Un pays de ce trio connaîtra peut-être un plongeon pendant une petite année, mais ils restent les piliers du tourisme de masse. Espérons qu’en particulier l’Espagne et la Grèce pourront rapidement se remettre de leurs difficultés économiques internes, pour que l’innovation puisse aller plus loin.

Conclusion: on a grignoté les parts du marché sur ces destinations classiques, c’est certain. Les opportunités pour l’industrie du voyage organisé se retrouvent dans la poursuite et stimulation de l’innovation du produit et de l’expérience, pour alors revendiquer ces nouveaux produits pendant minimum quelques années.

Geert Raes a fait une remarque importante pendant la conférence de presse de l’ABTO: il a visé le consommateur hybride, qui confie aux différents acteurs les différentes parties de ses voyages. Cela peut aller d’un mixe de online et offline, mais aussi d’un mixe de l’intermédiaire et de direct ou bien  d’un mixe de sa propre organisation et la production organisée. Bien joué , Geert: cela offre des possibilités d’amener la communication – et autres articles dans les médias- à un autre niveau. L’ABTO s’est engagée dans une autre voie avec cette approche. Cela donne de l’espoir. Les médias y reviennent immédiatement. C’est un soulagement!

16-10-14 - par Travel360°