Grèce : cinq conseils pour vos clients. Et pour vous.

La situation en Grèce évolue sans cesse et seuls les mieux informés d’entre nous peuvent en saisir toute la complexité. Les deadlines et les ultimatums se succèdent. Et chaque déclaration musclée est aussitôt suivie par une réponse tout aussi catégorique. Au-delà des conséquences sociales, les enjeux sont avant tout d’ordre géopolitique et financier. Et pendant ce temps, vos clients veulent avoir une certitude : est-ce que toutes les conditions sont remplies pour que nos vacances soient réussies ? Nous vous donnons aujourd’hui cinq conseils utiles. Pour vos clients comme pour vous.

1. Emmenez du cash – mais pas trop.
Prévoyez suffisamment d’argent liquide pour payer quand vous ne pouvez pas faire autrement. Concrètement, cela concerne les mêmes endroits qu’auparavant, à savoir les cafés et les restaurants et les petits commerces. Etablissez un budget. Quelques centaines d’euros - ou plus - par semaine devraient suffire en fonction de vos projets.

2. Premier réflexe sur place : payez par carte.
Selon la durée des restrictions de retraits d’argent valables pour la population grecque, les commerçants, les gérants de pensions, de tavernes et de stations-services vont essayer de se faire payer en liquide. C’est logique et vous ne pouvez pas les blâmer pour cela. Mais ne cédez pas trop facilement. Partout où vous le pouvez, payez par carte.

3. Réservez autant que possible avant votre départ
Vous envisagez de faire des excursions ? Réservez-les et réglez-les au préalable. Vous souhaitez peut-être louer une voiture pour quelques
jours ? Réservez-la aussi et optez pour une formule all-in. En tant que conseiller en voyages, vous avez compris le message : c’est une opportunité d’upselling. Ce n’est pas de l’opportunisme, mais l’exemple type d’une situation win-win et où les avantages pour vos clients sont évidents.

4. Souscrivez à une assistance voyage
En tant que conseiller, vous avez le devoir d’informer vos clients sur les possibilités de protection supplémentaire qu’une assistance voyage peut procurer. Les objections classiques sont bien connues : ‘ma mutuelle couvre déjà tout’ ou ‘elle est comprise avec ma carte de crédit’. Prenez le temps d’en parler avec votre client sans dramatiser les choses, mais avec un objectif clair : ‘Je souhaite vraiment que vous passiez des vacances sans soucis, cher client !’

5. Parlez de la situation lors de votre séjour, montrez de l’empathie. Et précisez que vous êtes Belge. Les Grecs adorent discuter et entameront avec plaisir une conversation sur leur confrontation avec l’Europe, sur leur gouvernement et sur leur pays. En tant que Belges, nous avons un avantage : nous sommes en général bien vus à l’étranger. Nous avons de super joueurs de foot et une image de bon vivant sympa. Et chaque Grec connaît bien Bruxelles. Et encore mieux depuis peu. Présentez-vous sans hésiter comme Belge, vous pouvez en tirer avantage. A mes collègues Hollandais : c’est valable pour vous aussi, mais puis-je vous donner un petit conseil ? Ne parlez pas trop fort, montrez-vous discrets. C’est vous qui êtes invités chez eux. Et n’oubliez pas que vous êtes en vacances ;-)

09-07-15 - par Travel360°