Groupe Thomas Cook: la compagnie aérienne à vendre?

Ce week-end, dans la presse britannique, une rumeur a été lancée sur une possible vente de Thomas Cook Airlines. Différents scénarios ont été envisagés et les porte-paroles de Thomas Cook n’ont pas tardé à dissiper la rumeur. Mais c’était déjà trop tard. Il est temps pour certaine nuance.

La compagnie aérienne du Groupe Thomas Cook compte 88 avions, avec 25 appareils Airbus supplémentaires en commande. Outre la nouvelle peinture de la flotte qui contient le logo Sunny Heart, on a  investi dans les cabines d'avions long-courriers. Une opération de vente classique semble donc un scénario improbable.

Pourtant, l'article du Sunday Times qui a été repris par de nombreux médias, ne mentionnait ni les sources ni les interlocuteurs. Apparemment, les journalistes n’ont lu qu’une partie de l’article et cela de manière consciente...car pour lire l'article en entier, il aurait fallu, bien sûr, payer.

Après tout, l'article a été basé sur des discussions d'il y a des mois sur "l'avenir de la division aérienne" au sein du Groupe Thomas Cook. Ce n’est pas un secret d’Etat que le CEO précédent, Harriet Green, a remis en question à plusieurs reprises  la nécessité d’avoir sa propre compagnie aérienne. C’est logique: avec une capacité d’avions toujours croissante dans le monde et un paysage aérien changeant rapidement, il est tout à fait normal que des réflexions stratégiques soient faites sur la nécessité d'avoir une grande compagnie aérienne en gestion propre.

Néanmoins, ils existent des motifs différents pour un tour-opérateur d'avoir une grande partie de la capacité de transport en gestion propre. Nous mentionnons les principales:

  • Disponibilité de la capacité de déploiement flexible. Un grand tour-opérateur doit être en mesure de déployer des capacités de vol suffisantes de manière flexible sur les destinations stratégiquement importantes. La capacité doit pouvoir être accrue rapidement lorsque cela est possible et être diminuée si nécessaire.

  • Contrôle des destinations importantes. Une bonne offre de produits sur les destinations importantes - lisez " cela rapporte de l’argent " - doit être soutenue par une capacité de vol garantie. L’hébergement se trouve au centre de l’offre d'un grand tour-opérateur, mais la capacité de vol est tout aussi importante.

  • Contrôle de la qualité de l'expérience de vacances. Ce n’est pas pour rien que les grands tour-opérateurs ont remplacé le mot "charter" par le terme "vol vacances". Un nombre croissant de consommateurs veulent que le voyage tout entier puisse être vécu comme une expérience de vacances et que le vol en soit une partie.

Il est donc plus que probable qu’au sein du Groupe Thomas Cook,  les discussions aient été menées sur la gestion optimale de la flotte d'avions. Cependant, il est plus que probable que la compagnie aérienne n’est pas "à vendre", comme cela fût suggéré à gauche et à droite. Le paradoxe d'un tour-opérateur intégré est le suivant: en ayant sa propre compagnie aérienne, vous devez toujours être prudent, ou vous allez perdre de l'argent. Sans sa propre compagnie aérienne, il est extrêmement difficile de gagner de l'argent.

25-02-15 - par Travel360°