Thomas Cook va conquérir la Chine

De nombreux analystes et spécialistes de l’industrie du voyage ont sous-estimé la participation du chinois Fosun dans Thomas Cook Group. On a entendu à gauche et à droite des blagues douteuses sur cette ‘reprise chinoise’. En vérité, un groupe tel que Fosun ne doit pas être pris à la légère. Une collaboration active avec ces investisseurs avisés pourrait devenir extrêmement profitable pour Thomas Cook dans les années qui viennent. Explications.

Lire plus

En mars 2015, nous écrivions : ‘Fosun évolue conjointement avec la classe moyenne chinoise. Alors qu’ils investissaient au départ dans des entreprises qui rencontraient les besoins de base (matières premières, immobilier, secteur pharmaceutique), ils ont découvert que le tourisme mondial et le marché chinois pouvaient connaître une croissance fabuleuse dans les prochaines années. Plus de 100 millions de Chinois ont voyagé à l’étranger l’année dernière et on enregistre chaque année une croissance à deux chiffres’.


Aujourd’hui, soit trois mois plus tard, Fosun et Thomas Cook annoncent le lancement d’une joint-venture depuis Shanghai. 2,1 millions d’euros ont été libérés pour créer une entreprise qui développera sur le marché chinois des activités touristiques entrantes, sortantes et intérieures. Fosun en sera propriétaire à 51%, Thomas Cook à 49%. La société sera dirigée par Reto Wilhelm, Managing Director chez Thomas Cook.

Les raisons qui ont poussé les deux entreprises à lancer un premier investissement en commun découlent directement de la législation chinoise : il est nécessaire d’observer une période d’attente de deux ans avant qu’une nouvelle entreprise puisse introduire une demande de licence pour du tourisme sortant depuis la Chine.  Les deux entreprises ne veulent en effet rien laisser au hasard et aller de l’avant. Un des plus importants top managers de Thomas Cook, Reto Wilhelm, va en assurer la direction. Il est actuellement Managing Director pour l’Europe de l’Ouest et de l’Est chez Thomas Cook. Les déclarations du Chief Financial Officer du groupe sont claires : ‘C’est pour nous une étape importante, une étape historique. Nous avons donc décidé d’envoyer notre A-team.’

Du côté de chez Fosun, c’est tout aussi clair : ‘Il y a aujourd’hui un manque absolu d’innovation et de différenciation pour les produits chinois en matière de voyages, aussi bien en Chine qu’à l’étranger. C’est une excellente opportunité pour notre entreprise commune de prendre de l’avance dans ce domaine’.

Conclusion : les grands acteurs du tourisme sont encore aujourd’hui tributaires de leurs performances en Europe, mais cela fait déjà longtemps que leurs regards se portent vers le monde entier. En ce qui concerne les acteurs du tourisme en Belgique et aux Pays-Bas : il existe un gros potentiel de création dans le domaine du tourisme entrant qui se doit de privilégier l’authenticité, l’originalité et le vécu. Les chinois qui atterrissent en Europe via Liège ne sont que les précurseurs d’une prochaine vague de touristes avides de découvertes. Les jeunes entrepreneurs qui tentent aujourd’hui leur chance dans le tourisme entrant pourraient devenir les acteurs en vue de la prochaine décennie.

18-06-15 - par Travel360°