TUI France vend sa compagnie aérienne

TUI France se bat depuis des années pour sortir du rouge. C’est une histoire douloureuse avec tous les ingrédients possibles: les branches d’activités non rentables, les managers locaux qui fraudent et une compagnie aérienne en difficulté. Ajoutez à cela les conditions économiques bien connues et vous avez une situation de “tempête parfaite” .Un point de lumière: il y a un acheteur pour Corsair.

 Le PDG actuel de TUI France, Pascal de Izaguirre, parle encore avec fierté malgré quatre années de résultats déficitaires: “Quand je suis arrivé ici, Corsair était pratiquement en faillite. Nous avons réussi à créer une entreprise performante et respectée, qui cette année devrait être de nouveau rentable ".En bref : tout va bien, il faut seulement encore gagner de l'argent. Le fait demeure que Corsair a enregistré une perte de 8,6 millions d'euros en 2014. Pour qu’une vente soit possible, la compagnie mère devrait d’ailleurs recapitaliser la compagnie aérienne pour un montant de 17 millions d'euros. Heureusement que la société est "performante" aux yeux du grand patron... ah, ces Français.

Le 20 Février, Air Caraïbes a présenté à la presse un projet d'acquisition de Corsair. Une telle opération aboutirait à la création de la plus grande compagnie aérienne privée en France, avec un nombre de 2000 employés  et de 15 avions. Les deux compagnies aériennes travaillent déjà ensemble, y compris en partage de codes sur les différentes destinations dans les Caraïbes et l'océan Indien.

Air Caraïbes est une entreprise familiale qui fait du profit depuis dix années consécutives, sauf en 2011. D’après ce qu’on dit, le groupe rendra bientôt public un chiffre d'affaires de 360 millions d'euros en 2014, avec un gain d'un peu plus de 14 millions. La société a de l’expérience dans la fusion de différentes entités : en 2003, elle a réussi en très peu de temps à fusionner les activités d'Air Caraïbes, d’Air Martinique et d’Air Guadeloupe. Avec succès.

Chez TUI, on peut souffler, maintenant, pour au moins une des activités en difficulté en France la solution a été trouvée. La branche française de TUI deviendra- t-elle de cette manière-là alors vraiment une entreprise "performante, respectée et ... rentable" ? Ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée de rajouter, à terme, une opération française simplifiée, assainie au groupe BeNe, vu que Jetairfly opère déjà en France?

25-02-15 - par Travel360°