Une panne électrique… et les billets d’avions deviennent tout à coup bon marché

Ça fait émerger des choses, une telle journée où le trafic aérien est complétement paralysé. Il faut le dire: la réaction des compagnies aériennes et de l'aéroport a été rapide et professionnelle. Entre-temps, ils commencent déjà à avoir l’habitude, en termes de gestion de crise. Les vols ont été détournés ou retardés, les passagers ont été informés le mieux possible, les vols ont été changés lorsque cela était possible. Le remboursement est également possible. Chez Ryanair aussi. Tout à coup, les billets se sont avérés être très bon marché ...

La panne d’électricité chez Belgocontrol, aucun avion qui décolle ou atterrit, les voyageurs bloqués, les vacanciers sur le point de départ un peu perdus: lors de telles journées, chez Travel360°, nous recevons toujours des coups de téléphone et des mails de la part des amis et des connaissances à la recherche de quelques bon conseils.

L’une de mes connaissances avait réservé un vol avec Ryanair. Il avait fait la réservation des mois à l’avance, départ le mercredi et retour le vendredi. Prix: 38 euro aller-retour. Le vol a dû être annulé et cette personne n’a pas eu d'autre choix que d'annuler son voyage: en raison de circonstances professionnelles, il ne pouvait se libérer que ces trois jours. Pas de chance, mais Ryanair lui a très gentiment proposé d’introduire une demande pour le remboursement du vol. L'homme avait réservé son hôtel via Booking.com et pouvait encore l’annuler. Nous pourrions penser : pas de problème donc.

Et pourtant, notre connaissance, un homme sensé et raisonnable, n’était pas satisfait. Sa réaction: "Qu'est-ce que je peux faire maintenant avec le remboursement de 38 euros? Mon voyage a été annulé. C’est ça le pire! Est-ce que je peux introduire une demande pour dommages et intérêts pour ça? "

Et bien, cela nous a fait réfléchir. Le consommateur est toujours à la recherche du prix le plus bas et n'hésite pas à réserver, sur base d’une différence de quelques euros,  chez un autre concurrent. Le consommateur opte pour des tarifs des billets les plus bas. Si en raison de circonstances particulières le voyage doit être annulé, dans ce cas, même un remboursement plus que correct semble être "ridiculement peu". (Ce sont exactement ces mots-là qui ont été utilisés par notre connaissance). En d'autres termes : à achat, c’est une bonne affaire, en cas de remboursement, c’est trop peu. Ceci est une tournure surprenante dans l'esprit du client, une forme remarquable de l'agilité intellectuelle. Ou comment pas cher devient tout à coup trop cher: les couloirs des pensées de nos clients sont impénétrables.

D’ailleurs : chaque crise offre aussi des opportunités. C’est ce qui rend ce tweet d'un agent de voyages connu de Flandre occidentale aussi clair.

29-05-15 - par Travel360°